DERNIERE MINUTE

La tension monte à la frontière entre Israël et le Liban

REUTERS/Ali Hashisho
REUTERS/Ali Hashisho
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La tension monte entre Israël et le Hezbollah libanais. Ce dimanche, la milice chiite a annoncé avoir tiré des missiles antichars et détruit un véhicule militaire dans le nord d'Israël.

L'Etat hébreu a riposté par "des tirs en direction de "la source des frappes" du Hezbollah, dans le sud du Liban, selon un communiqué de l'armée.

Ces échanges de tirs interviennent sur fond de tensions croissantes entre Israël et le Hezbollah, qui a accusé la semaine dernière l'Etat hébreu d'avoir mené des frappes de drones dans son bastion de la banlieue sud de Beyrouth.

Cette "attaque" a été présentée par le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah comme "le premier acte d'agression" d'Israël au Liban depuis la guerre dévastatrice de 2006 qui avait fait 1200 morts côté libanais, et 160 coté israélien en 33 jours.

Israël accuse le Hezbollah de disposer d'une usine pour produire des missiles à guidage de précision, tout ceci avec le soutien de l'Iran. Hassan Nasrallah a démenti ces accusations, qui ne servent selon lui qu'à justifier les attaques contre le Liban.

Depuis samedi, des chars israéliens ont été vus positionnés le long de la frontière avec le Liban, faisant craindre une nouvelle confrontation. Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a annoncé que des décisions seront prises en fonction de l'évolution de la situation.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri s'est entretenu par téléphone avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et avec un conseiller du président français Emmanuel Macron pour demander "l'intervention des Etats-Unis, de la France et de la communauté internationale face aux développements" à la frontière.

La Finul, force de maintien de la paix de l'ONU déployée dans le sud du Liban à la frontière avec Israël, a elle appelé dimanche à "la plus grande retenue".

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.