Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Angela Merkel évoque la crise de Hong Kong lors d'une visite à Pékin

Angela Merkel évoque la crise de Hong Kong lors d'une visite à Pékin
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Pour sa douzième visite en Chine depuis qu'elle est chancelière, Angela Merkel est venue accompagnée d'une imposante délégation commerciale, avec entre autres Volskwagen, Allianz ou la Deutsch Bank. Objectif, signer des contrats, avec la crise de Hong Kong en arrière-plan.

Accès limité pour la presse

La crise à Hong Kong occupe tout l'espace médiatique. Pékin a bien tenté d'empêcher des journalistes étrangers, notamment l'AFP, d'accéder à la rencontre entre Angela Merkel et le Premier ministre chinois. Mais difficile de faire l'impasse sur ce sujet qui fait la une des journaux depuis maintenant trois mois.

Angela Merkel a donc lancé un appel au dialogue et a plaidé pour le respect des "droits et des libertés" de Hong Kong, lors d'une conférence de presse avec son homologue chinois Li Keqiang, qui a affirmé que Pékin protégeait "indéfectiblement le principe un pays, deux systèmes".

"Nous soutenons fermement le gouvernement de la Région Administrative Spéciale pour qu'il mette fin à la violence et au chaos conformément à la loi" a-t-il ajouté.

Merkel appelée à l'aide

Avant son arrivée, des militants du mouvement pro démocratie à Hong Kong avaient appelé Angela Merkel à l'aide, dans une lettre publiée mercredi par le quotidien allemand Bild.

"Madame la chancelière Merkel : Aidez-nous, s'il vous plaît!" avait twitté le journal allemand, relayant l'appel des manifestants.

"Nous espérons que vous exprimerez votre inquiétude face à notre situation catastrophique et que vous ferez part de nos revendications au gouvernement chinois pendant votre séjour en Chine", avaient-ils estimé.

Le texte compare notamment la situation de Hong-Kong à celle de l'ex-Allemagne de l'Est d'où est originaire la chancelière.

Jeudi, la cheffe de l'exécutif de Hong Kong avait appelé les manifestants à venir dialoguer au lendemain du retrait du projet de loi controversé sur les extraditions, un texte qui avait déclenché le mouvement de contestation.