Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les clés pour comprendre la puissance exceptionnelle de la foudre

Les clés pour comprendre la puissance exceptionnelle de la foudre
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un projet de recherche européen baptisé LLR a pour objectif de neutraliser la menace de la foudre en ciblant les nuages avec des rayons laser. Cette technologie ambitieuse est en cours d'élaboration en Suisse et en France notamment et en particulier au niveau de la station de mesure du Säntis, plus haut sommet du massif de l'Alpstein dans le nord-est de la Suisse. C'est là que nous rencontrons Farhid Rachidi, professeur à l'Université de Lausanne. Il est l'un des éminents spécialistes de la foudre, phénomène naturel très particulier.

"La foudre représente une source unique de champ électromagnétique qui n'a pas d'équivalent dans la nature, ni parmi les choses créées par l'homme," fait remarquer le spécialiste.

"Elle produit des champs dans tout le spectre des longueurs d'onde : des fréquences très faibles jusqu'aux radiofréquences, aux micro-ondes et mêmes aux rayons X et gamma," précise-t-il.

"La foudre est comme une gigantesque antenne"

"La foudre est en fait comme une gigantesque antenne, elle irradie une immense quantité de champs magnétiques qui peuvent voyager sur des centaines de kilomètres," poursuit Mohammad Azadifar.

"On peut avoir différents types de décharges de foudre qui dépendent de la direction, de la propagation du chemin qui peut être descendant en général : il prend son origine dans les nuages et ensuite, se dirige vers le bas en direction du sol ou il peut aussi avoir pour origine, le sommet d'une grande structure comme une tour de télécommunications ou d'une éolienne," indique-t-il.

"Concernant les données, nous collectons en réalité des gigaoctets de données pour chaque éclair," souligne le scientifique. "Donc bien sûr, cela nécessite beaucoup de travail d'analyser ces données et d'en tirer les caractéristiques qui nous intéressent," insiste-t-il.