DERNIERE MINUTE

Dieselgate : VW a t-il ensuite aussi triché pour ses moteurs Euro 6 ?

Dieselgate : VW a t-il ensuite aussi triché pour ses moteurs Euro 6 ?
Taille du texte Aa Aa

Alors qu'outre-Rhin est célébrée l'automobile, à l'occasion de l'édition 2019 du salon de Francfort, une information est passée relativement inaperçue dans les médias francophones. Et non des moindres, mais qu'il faut prendre, toutefois, avec retenue.

En effet, Volkswagen aurait également manipulé les valeurs des gaz d'échappement de ses moteurs conformes à la norme Euro 6 en les équipant d'un dispositif similaire à celui des moteurs Euro 5, au cœur du scandale du "Dieselgate".

C'est du moins ce qu'affirme la SWR, l'audiovisuel public du sud-ouest de l'Allemagne, qui aurait fait cette découverte en consultant des documents internes confidentiels, datant de 2015, du géant européen de l'automobile.

Volkswagen a très rapidement et vivement démenti. Le constructeur a ainsi affirmé que rien "d'illégal" n'était présent sur les motorisations diesel EA 288 qui ont remplacé les moteurs EA 189 à partir de 2012.

Mais l'enquête de la télévision publique interroge. La SWR a ainsi présenté les fameux documents à Axel Friedrich, qui fut l'un des experts de la commission d'enquête sur le Dieselgate auprès du Bundestag. Et ce dernier confirme que si il s'avère que ces documents sont bien des originaux, cela signifierait donc que ces centaines de milliers de moteurs du groupe VAG (équipant non seulement des Volkswagen, mais aussi des Audi, des Seat et des Skoda) seraient bien dotés d'un dispositif interdit de réduction des émissions.

Le "Dieselgate" avait éclaté en 2015 aux Etats-Unis après la découverte de logiciel espion visant à falsifier les résultats de tests de pollution. Ce scandale a coûté plus de 28 milliards d'euros en rappels de véhicules et procédures judiciaires à Volkswagen, qui a admis avoir truqué 11 millions de voitures. La majorité de cette somme a été versée aux Etats-Unis. Mais en Europe, des actions collectives en justice ont été lancées par des consommateurs allemands, qui entendent, eux-aussi, faire payer Volkswagen.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.