EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Quatre États européens s'accordent sur la répartition des migrants

REUTERS/Darrin Zammit Lupi
REUTERS/Darrin Zammit Lupi
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce pré-accord, qui ne concerne que les personnes sauvées en Méditerranée centrale, va être présenté à l'ensemble des États membres de l'UE.

PUBLICITÉ

Les ministres de l'Intérieur de quatre pays de l'UE se sont rencontrés à Malte pour discuter de la création d'un système automatique permettant de déterminer quels pays accueilleront les migrants sauvés en Méditerranée centrale.

Les détails de l'accord n'ont pas été communiqués à la fin de la réunion, mais la ministre italienne de l'Intérieur, Luciana Lamorgese préconise de répartir les migrants dans plusieurs Etats européens dans les quatre semaines qui suivent leur arrivée.

Reprise du dialogue avec l'Italie

"Nous avons toujours dit ces dernières années que les personnes qui arrivent en Italie, ou à Malte, arrivent en Europe" a-t-elle affirmé. "Ce concept fait aujourd'hui partie du sentiment européen commun. Et c'est un élément important d'avoir trouvé une grande collaboration et une grande volonté de procéder ensemble" a-t-elle dit, contrastant avec les déclarations de son prédécesseur, Matteo Salvini.

Le pré-accord conclu par l'Allemagne, la France, Malte, et l'Italie permet à Rome de s'assurer que les pays dans lesquels les migrants arrivent en premier ne sont pas ceux qui s'occupent de les renvoyer dans leur pays d'origine. Un point délicat subsiste toutefois, car la redistribution ne concerne pas les migrants qui arrivent en Italie par leurs propres moyens.

Un pré-accord qui ne concerne que la Méditerranée centrale

Le plan sera présenté aux ministres de l'Intérieur des 28 Etats membres le 8 octobre prochain et devra être validé par les autres pays de l'UE. Certaines experts, craignent toutefois que ce mécanisme soit perçu comme injuste par les pays situés sur les deux autres routes de la Méditerranée, à savoir l'Espagne côté occidental (Espagne) et la Grèce, côté oriental.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Avancer sur la répartition des migrants dans l’UE

La question des migrants au cœur des discussions entre l'Italie et l'Allemagne

Droit d'asile en Europe : relancer la réforme