Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Assassinat de Jamal Khashoggi : toujours pas de coupable un an après

Assassinat de Jamal Khashoggi : toujours pas de coupable un an après
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cela fait un an que Jamal Khashoggi est entré dans le consulat d'Arabie Saoudite d'Istanbul pour ne jamais en ressortir. En son honneur, un moment de mémoire et d'hommage devait avoir lieu ce mercredi devant le bâtiment. Y participent la fiancée du disparu, des représentants des Nations Unies et d'ONG de défense des droits de l'Homme et de la presse.

Sauvagement assassiné, son corps démembré, et jamais retrouvé, Jamal Khashoggi avait pour seul tort d'avoir à plusieurs reprises dans son travail de journaliste critiqué les autorités saoudiennes. Egalement chroniqueur au Washington Post, il gênait le régime du prince Ben Salmane. C'est naturellement vers le royaume saoudien que se sont tournés les regards, et un rapporteur spécial des Nations unies a conclu que Khashoggi avait été "la victime d'une exécution délibérée et préméditée (...) imputable à l'Etat saoudien, et que le rôle du prince héritier devait faire l'objet d'u ne enquête".

Mohammed Ben Salmane a déclaré qu'il assumait la pleine responsabilité de ce "crime haineux commis par des hommes travaillant pour le gouvernement saoudien" mais il a nié avoir commandité le meurtre de Jamal Khashoggi.

Hatice Cengiz, que Khashoggi devait épouser, a déclaré que le prince saoudien avait le devoir de répondre aux questions maintenant qu'il assumait ses responsabilités. Elle s'est aussi plainte du manque de mobilisation de la communauté internationale : "Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies n'ont pas demandé d'enquête internationale, même après l'annonce du rapport de l'ONU en juin qui a fait réagir le monde entier. Malgré cela, aucun mouvement sérieux des pays européens ne nous a permis de passer à l'étape suivante."

L'Arabie saoudite a inculpé 11 personnes pour l'assassinat de Khashoggi, mais le procès a eu lieu en secret et personne n'a encore été condamné.