Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le festival Nassimi en Azerbaïdjan célèbre les arts de toute culture

Le festival Nassimi en Azerbaïdjan célèbre les arts de toute culture
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La deuxième édition du Festival Nassimi "Poésie, Arts et Spiritualité" qui vient de se tenir en Azerbaïdjan jette des ponts entre toutes ces disciplines, mais aussi entre différentes cultures. Manière de rendre hommage à cette grande figure de la philosophie d'Orient Imad-ad-din Nassimi qui lui a donné son nom et à son message de compassion.

L'auteur allemand Michael R. Hess a présenté lors du festival, le livre qu'il lui dédie. "Nous sommes à une époque où tout va plus vite avec tous ces gadgets, ces applications, etc." fait-il remarquer. "Et j'imagine que certains artistes comme des rappeurs ou des slameurs pourraient être inspirés par la manière dont Nassimi a été capable de condenser et de magnifier la pensée complexe," estime-t-il.

Lieu de naissance de Nassimi, la ville de Shamakha a accueilli plusieurs événements dont la présentation d'une sculpture évoquant le poète réalisée par l'azerbaïdjanais Rashad Alekperov.

Transmission de traditions

À Bakou, des sonorités contemporaines ont envahi le Palais des Chahs de Chirvan avec l'ensemble allemand Horizonte.

"Au sein de notre ensemble," explique son cofondateur et directeur artistique, Jorg-Peter Mittman, "nous sommes souvent intéressés à combiner musique traditionnelle et moderne. Nous jouons souvent du Bach, de la musique baroque ou médiévale lors de nos concerts pour souligner la transmission de certaines traditions au fil des siècles."

La vieille ville de Bakou était aussi le cadre tout trouvé pour des concerts de musique traditionnelle azerbaïdjanaise donnés par des artistes populaires locaux.

"Provocation créatrice"

Au Théâtre national, place à la compagnie Candoco Dance qui réunit handicapés et valides sur une même scène.

"Pour nous, ce n'est pas un défi, mais une provocation créatrice," précise Ben Wright, codirecteur artistique. "On essaie d'inventer une manière de formuler et de célébrer la différence : on ne dit pas que tout le monde est pareil, mais plutôt qu'on est tous différents et on trouve comment travailler ensemble," dit-il.

Le Chœur de garçons de Tallinn en Estonie a de son côté offert au public, un programme éclectique, entre chants religieux et chansons modernes.

Duos inédits

Au sein du Théâtre philharmonique national d'Azerbaïdjan, le pianiste de jazz azerbaïdjanais Salman Gambarov a lui proposé le projet "Sincere Dialogues". _"Connaissant mon amour pour les différents duos, les organisateurs m'ont dit : Pourquoi ne pas former trois duos lors du festival ?" _indique Salman Gambarov. Ses trois camarades sur scène renchérissent : "On est toujours avec les autres : on a besoin de rencontrer les personnes qui peuvent nous apporter le processus créatif," estime le musicien français Michel Godard. "Cela peut être la musique, mais cela peut être dans mon cas, les poètes et les peintres," poursuit-il.

Le musicien Wen Shu ajoute : "J'ai toujours été fasciné par la culture azerbaïdjanaise et Maestro Salman est un musicien extrêmement sensible et solide. La musique nous fait ressentir tellement d'amour et de lumière et c'est ce que tout le monde veut : la lumière et l'amour !" lance-t-il.

La soprano allemande Margriet Buchberger qui s'est elle aussi produite aux côtés de Salman Gambarov conclut : "L'amour, c'est ce qu'il y a de plus important dans la musique et on veut tout le temps transmettre ce sentiment au public et le réconforter avec du son, des mots, de la poésie et peut-être qu'aujourd'hui, la poésie de Nassimi et la musique se sont rencontrées."

Məşhur azərbaycanlı caz bəstəkarı Salman Qəmbərovla birlikdə ifa etmək üçün Fransadan Michel Godard, Almaniyadan...

Publiée par Nasimi Festival sur Samedi 28 septembre 2019