Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Plan de Boris Johnson sur le Brexit : réactions mitigées des Européens

Plan de Boris Johnson sur le Brexit : réactions mitigées des Européens
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Côté européen, on ne débordait pas vraiment d'enthousiasme au lendemain du plan proposé par Boris Johnson pour régler la question irlandaise et sauver l'accord sur le Brexit. Le président de la Commission sortante, Jean-Claude Juncker, a évoqué « des points problématiques », tandis que le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, se disait préoccupé par les insuffisances du plan.

Boris Johnson propose que l'Irlande du Nord quitte l'union douanière européenne, comme le reste du Royaume-Uni, mais qu'elle continue à appliquer les règles européennes. Il va donc falloir étudier tout cela de plus près.

Pour notre spécialiste des affaires européennes, l'affaire est loin d'être entendue. Il nous dit pourquoi ?

Darren McCaffrey :

« La tendance à Bruxelles n'est pas vraiment à l'optimisme sur la possibilité de parvenir à un accord, et les inquiétudes de l'Union européenne concernent trois sujets.

Tout d'abord, cette zone douanière spécifique et le recours à la technologie pour les contrôles. Les Européens s'inquiètent de savoir si cette technologie existe vraiment.

Deuxième inquiétude : le rôle de l'assemblée d'Irlande du Nord qui pourrait remettre en cause cet arrangement tous les quatre ans.

Il y a aussi l'inquiétude sur le futur accord commercial entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, car Boris Johnson semble vouloir aller dans une autre direction que Theresa May avant lui.

Après son coup de fil avec Johnson, Juncker a donc évoqué des avancées mais aussi des points problématiques. Et les eurodéputés ne sont guère plus convaincus. Les discussions se poursuivront malgré ce fossé, mais le temps est compté avant le sommet européen décisif qui aura lieu dans deux semaines. »