Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Balkans : la mise en garde de Mike Pompeo

Balkans : la mise en garde de Mike Pompeo
Tous droits réservés
REUTER/Ognen Teofilovski
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s'en est pris vendredi à l'influence "néfaste" des "trolls russes" et des "pots-de-vin chinois", lors de l'étape en Macédoine du Nord de sa visite dans les Balkans.

Les Occidentaux ont accusé à de nombreuses reprises la Russie d'être derrière des campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux, notamment en 2018 au moment de la bataille politique sur le changement de nom de ce pays, auquel s'opposait Moscou.

Quant aux Chinois, ils ont engagé une politique d'investissements dans les Balkans, notamment de construction d'infrastructures dont manque cette région pauvre, aux portes de l'Union européenne.

La Macédoine du nord doit "fermement résister et se défendre face aux influences néfastes", a dit le secrétaire d'Etat américain dans une déclaration à la presse aux côtés du Premier ministre macédonien Zoran Zaev. "Votre pays doit avancer guidé par les coeurs et les âmes des citoyens de Macédoine du nord, non par des serveurs et des trolls russes sur les réseaux sociaux", a-t-il dit.

La Macédoine du nord est connue pour avoir elle-même été un important centre de production de "fake news" destinées au marché américain lors de la campagne présidentielle de 2016 remportée par Donald Trump.

Mike Pompeo a aussi mis en garde contre "la stratégie de pots-de-vin massifs de la Chine dans les contrats d'infrastructure".

Selon les chiffres de la Commission européenne, environ 70% du total des investissements étrangers dans les Balkans occidentaux viennent de l'Union européenne, contre 1% pour la Chine. Mais depuis six ans, les Chinois ont engagé une stratégie d'investissements massifs dans les infrastructures, domaine dans lequel ils rivalisent désormais avec les Européens.

Leurs contrats sont accompagnés de prêts contre lesquels les Occidentaux mettent en garde les Etats désargentés des Balkans occidentaux, les prévenant qu'ils risquent de tomber dans une spirale d'endettement.

Interrogé par euronews, le président nord-macédonien voit dans la visite de Mike Pompeo une réaffirmation politique de Washington dans la région. "Il me semble que les États-Unis font leur retour dans les Balkans, et il y a une sorte de symbolisme. Cette visite montre que les États-Unis sont enfin déterminés à résoudre ou à aider à résoudre les questions en suspens dans la région après tant d'années de transition. Ils montrent par une action diplomatique concrète qu'ils voudraient vraiment se concentrer sur la région des Balkans occidentaux et faire une dernière tentative, mais une tentative sérieuse, de stabiliser la région de manière irréversible", a expliqué le président Stevo Pendarovski.

"Lors de sa visite en Macédoine du Nord, le secrétaire d'Etat américain a envoyé un message clair à Bruxelles : les Etats-Unis soutiennent les efforts du pays pour obtenir une date pour entamer des négociations d'adhésion à l'Union Européenne dès le prochain Conseil européen", a pour sa part souligné notre journaliste Borjan Jovanovski.