DERNIERE MINUTE

France-Turquie, bien plus qu'un match de foot

Istanbul (Turquie), le 11/10/2019
Istanbul (Turquie), le 11/10/2019 -
Tous droits réservés
REUTERS/Huseyin Aldemir
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est un match de foot pas tout à fait comme un autre qui se joue ce soir à Paris : la France affronte la Turquie en éliminatoires de l'Euro-2020.

Sur le plan sportif : les deux équipes sont à égalité. Et une victoire est synonyme de qualification directe.

Mais il y a aussi le contexte, ce qui se joue actuellement sur le terrain militaire : l'offensive lancée mercredi dernier par la Turquie contre les Kurdes dans le nord de la Syrie. Une offensive dénoncée par la France.

Les problèmes géopolitiques, ils sont là, mais que cela ait des conséquences sur l'environnement du match... oui, mais voilà, on ne va pas penser à cela. On est dans une sphère sportive. C'est un match de football, dans un stade de football. Donc on va faire en sorte de rester concentrer là dessus.
Didier Deschamps
Sélectionneur de l'équipe de France

Mais voilà, ce qui attise les tensions, c'est une photo. Vendredi soir, les joueurs turcs ont célébré un but en faisant un salut militaire. Un signe de soutien aux soldats turcs engagés dans le nord de la Syrie.

REUTERS/Huseyin Aldemir
Istanbul (Turquie), le 11/10/2019REUTERS/Huseyin Aldemir

Un geste justifié par les joueurs, qui d'ailleurs ont leur propre vision du conflit en cours.

Je tiens à souligner que ce n'est pas une guerre. C'est une opération anti-terroriste. Nos soldats sont là pour lutter contre les terroristes et, bien sûr, nous soutenons notre pays et j'espère que tous nos soldats rentreront sains et saufs.
İrfan Can Kahveci
Milieu de terrain de l'équipe de Turquie

Cette situation trouve désormais un écho politique en France, avec un appel à annuler le match, lancé par un député centriste UDI, Jean-Christophe Lagarde, responsable au parlement d'un groupe d'études sur les Kurdes.

Cet appel a ensuite été relayé sur les réseaux sociaux par plusieurs personnalités d’extrême droite, comme Jordan Bardella, du Rassemblement national (RN) qui affirme que le football ne doit pas "servir la propagande" du président turc.

Même tonalité chez les responsables du parti de gauche La France Insoumise, comme Jean-Luc Mélenchon.

Et puis il y a ce commentaire réaliste de cet internaute, Stanislas, qui rappelle le règlement de l'UEFA.

\>> Règlement disciplinaire de l'UEFA, article 27

Si la France annule ce match, elle perdra 3-0 sur tapis vert, offrant à la Turquie une qualification directe. Et de conclure : "Ce serait tout bénéf pour les Turcs".

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.