DERNIERE MINUTE

Il y a 40 ans, "Love Will Tear us Apart"

Il y a 40 ans, "Love Will Tear us Apart"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un riff et un refrain qui collent à la peau. Il y a exactement 40 ans naissait l'un des plus grands tubes du rock britannique : 'Love Will Tear us Apart'. Ironiquement, c'était à Bruxelles, explique à Euronews Peter Hook, le bassiste de Joy division.

"Love will tear us apart" a commencé par un riff de basse et un riff de batterie. Je me souviens qu'Ian Curtis a été très sympa, il m'a dit : 'le riff est fantastique. Je vais mettre des paroles dessus'. Et moi je me suis dit : wow !", se souvient Peter Hook.

"Les riffs de batterie, qui sont incroyables, sont l'oeuvre de Steve. Quand tu les écoute bien, le roulement à la fin de chaque séquence est juste magnifique", ajoute-t-il.

Le morceau a été écrit en deux répétitions, qui ont duré trois heures. "Ian est rentré chez lui entre les deux répétitions, il a écrit les paroles. Il est revenu et Paf, c'était fait", explique le bassiste du groupe de Manchester dissout moins d'un an après l'enregistrement du tube, après le suicide par pendaison du chanteur Ian Curtis en mai 1980, à l'âge de 23 ans. Le single n'était pas encore sorti.

"Annic Honoré venait de Bruxelles, c'était la petite amie de Ian Curtis. Bruxelles a été la première ville à l'étranger dans laquelle on a joué. C'était au Plan K. C'est plutôt ironique quand on voit ce qui se passe actuellement avec le Brexit. Moi j'essayais de partir. J'avais passé toute ma vie à essayer de rentrer dans l'Union européenne et maintenant, on me renvoie contre mon gré", plaisante Peter Hook.

"'Love Will Tear us Apart' a capturé l'esprit de Ian Curtis. Il capture l'esprit de Peter Hook, Bernard Summer et de Stephen Morris. Il a capturé l'esprit du temps. Heureusement, cet esprit perdure encore aujourd'hui. En tant qu'être humain, l'amour vous déchirera toujours", conclut-il.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.