DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Aux Pays-Bas, les tracteurs de la colère

euronews_icons_loading
Aux Pays-Bas, les tracteurs de la colère
Taille du texte Aa Aa

Plusieurs milliers d'agriculteurs à bord de leurs tracteurs ont relié Utrecht à La Haye ce mercredi. Une nouvelle "opération escargot" de la part de fermiers qui se disent oubliés par leur gouvernement.

On comptait environ 3 000 tracteurs, peut-être plus. Ce mercredi encore, les agriculteurs néerlandais manifestaient contre une loi visant à lutter contre le réchauffement climatique. Selon eux, elle les prend injustement pour cible.

"Le gouvernement ne nous écoute pas. C'est ça le problème, c'est le cœur de la question. Le gouvernement ne nous comprend pas", regrette un manifestant en route vers le siège du gouvernement à La Haye, à qui il demande de soulager le fardeau qu'il fait peser sur les exploitants agricoles.

L'exécutif néerlandais a demandé ces derniers mois plusieurs efforts aux agriculteurs, et notamment de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour ne pas enfreindre les européennes sur la protection de la nature et la réduction de émissions.

Un effort dont sont dispensés les autres secteurs de l'économie nationale, tel le secteur aérien : L'aéroport d'Amsterdam Schipol, non loin de là, est en pleine expansion.

Pour parcourir les 70 kilomètres de trajet, il a fallu compter environ trois heures. Le long des routes bloquées, de nombreux passants témoignaient de leur soutien aux manifestants.

"Ils travaillent pour quelque chose, ils ont un sens. Ils travaillent si dur pour nos aliments. C'est bien de s'unir et de manifester, de faire front", estime Margot.

Les exportations agricoles des Pays-Bas représentent 92 milliards d'euros par an. Un secteur sous pression en raison notamment de la baisse à venir du budget de la PAC.

Un porte-parole du gouvernement a expliqué à Euronews qu'il espérait dialoguer prochainement avec des représentants de la contestation. Les fermiers promettent eux de ne rien lâcher jusqu'à ce que le La Haye fasse marche arrière.