DERNIERE MINUTE

[Carte] Offensive turque : le point sur la situation dans le nord de la Syrie

Des colonnes de fumée s'élevant de la ville syrienne de Ras al-Aïn, le 17 octobre 2019
Des colonnes de fumée s'élevant de la ville syrienne de Ras al-Aïn, le 17 octobre 2019 -
Tous droits réservés
REUTERS/Stoyan Nenov
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une semaine après son déclenchement, l'opération "source de paix" (Barış Pınarı Harekâtı en turc) va être provisoirement suspendue pendant cinq jours. L'offensive militaire turc dans le nord de la Syrie, pourrait même prendre fin si les forces kurdes se retirent de ce secteur durant ce délai. Consultez, ci-dessus, notre carte de la situation, avant l'officialisation de ce cessez-le-feu.

Le 9 octobre, les forces turques avaient commencé à bombarder les villes du nord contrôlées par les Kurdes, alors même que les milices kurdes des Unités de protection du peuple (YPG) avaient activement participé à la lutte contre les djihadistes de l’organisation de l’Etat islamique aux côtés de la coalition internationale. La Turquie qualifie, elle, les YPG de "terroristes" en raison de leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), lui-même considéré comme une organisation terroriste par une grande partie de la communauté internationale ( dont les Etats-Unis et l'Union européenne). Lâchées par Washington qui a retiré ses troupes du secteur, les combattants kurdes ont perdu une longue bande frontalière.

L'objectif de la Turquie est de créer une "zone de sécurité" de 32 km de profondeur le long de sa frontière dans le nord de la Syrie, afin de séparer celle-ci des zones sous contrôle des YPG et d'y installer une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens actuellement en Turquie.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les YPG, ont reçu le soutien de l'armée syrienne de Bachar al-Assad. Les troupes du régime, appuyées par des blindés russes sont depuis entrées à Kobané pour empêcher l'avancée turque.

L'intensité des combats a déjà causé la mort d'au moins 72 civils et a poussé plus de 300 000 personnes à l’exode, selon un dernier bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Cette même source avance que depuis le début de l'offensive turque 203 combattants des FDS ont trouvé la mort.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.