DERNIERE MINUTE

"Avec ce tricycle, tout le monde peut se déplacer librement en toute autonomie"

"Avec ce tricycle, tout le monde peut se déplacer librement en toute autonomie"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des exemplaires d'un tricycle d'un nouveau genre ont été déployés sur certains tronçons de la ViaRhôna, l'itinéraire cyclable qui relie la Suisse à la Méditerranée. Son nom : Benur en hommage au char que conduisait le héros éponyme dans le célèbre péplum. Ce projet d'engin électrique qui bénéficie du soutien de la politique de cohésion de l'Union européenne permet aux personnes à mobilité réduite de se déplacer en toute autonomie.

Joseph Mignozzi en est l'inventeur. Il a eu cette idée à la suite d'un accident de moto qui lui a fait perdre sa mobilité pendant deux ans.

Usages multiples

Aujourd'hui, les personnes à mobilité réduite, mais aussi les collectivités et les entreprises s'intéressent de près à ce vélo tout terrain et électrique.

"Les usages sont multiples puisque comme c'est un véhicule inclusif, on peut l'utiliser pour de nombreuses choses : transporter des micro-charges dans les centres-villes, emmener ses enfants à l'école ou faire une balade autour d'un lac ou le long de la ViaRhôna avec son enfant et emporter ses courses ou son pique-nique," précise Joseph Mignozzi.

"Se déplacer fait partie de la nature humaine"

"Le sujet de la mobilité est aujourd'hui primordial," poursuit l'inventeur. "Pour moi, il y a deux choses essentielles dans la vie : premièrement, respirer pour vivre et deuxièmement, la mobilité," souligne-t-il.

"Si on ne se déplace pas, on rencontre toutes sortes de problèmes : c'est un enjeu social, professionnel, personnel ; se déplacer fait partie de la nature humaine," dit Joseph Mignozzi. "Donc Benur est là pour faire en sorte que tout le monde puisse se déplacer librement en toute autonomie," résume-t-il.

Changement de regard sur le handicap

"Depuis trois ans que je porte le projet, l'énergie est au quotidien : elle est tout simplement au contact de mes utilisateurs ; quand une personne l'utilise et me dit : 'Joseph, c'est top, ça me permet de me déplacer, mais quand je l'utilise, ce qui est aussi important, c'est le changement de regard sur le handicap, les gens me regardent différemment'," confie-t-il. "Donc tous ces petits messages que j'ai au quotidien de la part des utilisateurs me font avancer tout naturellement," conclut-il.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.