DERNIERE MINUTE

La campagne électorale bat son plein au Royaume-Uni

La campagne électorale bat son plein au Royaume-Uni
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les partis politiques britanniques sont en ordre de bataille en vue des élections législatives anticipées du 12 décembre.

Corbyn refuse le "no deal"

Le leader des travaillistes, Jeremy Corbyn, a lancé sa campagne à Swindon où il a martelé sa position sur le Brexit : hors de question de sortir de l'Union européenne sans accord. Pour le chef du Labour, un tel scénario aurait pour conséquence de fragiliser le Royaume-Uni, notamment face à l'Amérique de Trump :

"La réalité, c'est qu'un no deal va profiter directement au président américain et à l'accord de libre-échange avec les États-Unis, avec leurs pouvoirs de protection des investisseurs et leur volonté de prendre en charge nos services publics."

La reculade de Boris Johnson

Favori des sondages, le Premier ministre Boris Johnson s'est, lui, illustré par un rétropédalage. Selon The Times, le chef des conservateurs a retiré de son programme électoral l'hypothèse d'une sortie de l'Union européenne sans accord, après avoir longtemps agité le spectre d'un "no deal".

Une position aussitôt dénoncée par Nigel Farage qui prône, lui, un Brexit brutal. "Si Boris Johnson remporte les élections, nous ne serons jamais libérés des règles européennes", a écrit le chef du Brexit Party sur Twitter.

Pour les LibDems, l'espoir de rester dans l'UE

A l'opposé, les libéraux-démocrates, souhaitent, de leur côté, annuler purement et simplement le divorce et rester dans l'Union européenne. Jo Swinson, la chef des LibDems, veut maintenir l'espoir :

"Il s'agit de décider de la voie à suivre pour les années à venir. Et nous avons encore la possibilité de choisir la voie qui dit que nous resterons dans l'Union européenne."

Enfin le Parti National écossais entend profiter du chaos autour du Brexit pour obtenir l'organisation d'un nouveau référendum sur l'indépendance en 2020. L'Indépendance de l’Écosse est à "portée de main" a déclaré la Première ministre Nicola Sturgeon devant des milliers de partisans rassemblés à Glasgow.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.