DERNIERE MINUTE

Attention danger, des obus dorment dans le lac Léman

Des obus découverts dans le lac Léman
Des obus découverts dans le lac Léman -
Tous droits réservés
Odysseus 3.1
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après la Seconde Guerre mondiale, entre 100 et 1 500 tonnes de munitions ont été larguées dans les eaux du lac Léman près de Genève. Pour les autorités suisses, ces munitions immergées ne représentent aujourd'hui aucune menace, qu’elle soit écologique, sanitaire ou sécuritaire.

Ces explosifs sont censés être recouverts d’une importante couche de sédiments et enfermés dans des coffres hermétiques. Les membres de l’organisation française Odysseus 3.1, spécialisée dans la protection des milieux aquatiques, ont voulu en avoir le cœur net.

Ça a été très facile d'identifier des obus et des bombes en tout genre
Lionel Rard, le président d'Odysseus 3.1

Nous sommes des plongeurs qui avons l'habitude de nous entraîner au lac Léman. Depuis des années, nous entendions parler de mystérieuses munitions qui avaient été immergées”, explique Lionel Rard, le président d'Odysseus 3.1.

Odysseus 3.1
Avant la plongée dans le LémanOdysseus 3.1

Donc, nous avons effectué plusieurs plongées. Lors de la dernière, nous sommes descendus dans une zone entre 45 et 55 mètres. Nous étions trois plongeurs. Nous avions une visibilité de 80 mètres”, poursuit-il.

Et ce que nous avons découvert ne correspondait pas à la réalité qui avait été décrite par les autorités de la Confédération helvétique” confie le responsable de l’organisation.

Odysseus 3.1
D'autres munitions mises au jourOdysseus 3.1

Des caisses de munitions, il y en avait beaucoup, beaucoup. Et elles n'étaient pas sous des sédiments, mais vraiment en surface au fond du lac. Elles étaient éventrées pour la plupart. Ça a été très facile d'identifier des obus et des bombes en tout genre” détaille ce plongeur chevronné.

Notre inquiétude concerne la présence à proximité d'un point de captage d'eau potable, ainsi que d'un gazoduc. De plus, nous ne savons pas dans quel état de conservation se trouvent les munitions” conclut Lionel Rard.

Odysseus 3.1 considère que ces munitions représentent un réel danger pour la population.

Ce vendredi 22 novembre, l’organisation tient une conférence de presse à Genève pour partager sa découverte et faire réagir les autorités cantonales et de la Confédération suisse, alors que les problématiques environnementales deviennent de plus en plus centrales dans l’opinion public. Enfin, les positions de ces bombes et obus seront communiquées aux dites autorités pour qu’elles puissent procéder à leur évacuation.

A l'initiative de Salima Moyard, députée socialiste du Grand Conseil genevois, qui était présente lors de la conférence de presse, la question sensible de ces munitions immergées doit être évoquée en session parlementaire le 12 décembre prochain.

La Suisse poussée par la Seconde Guerre mondiale dans la frénésie de l’armement

Dans les années 1930, les bruits de bottes se font de plus en plus lourds dans toute l’Europe. En 1934, l’Allemagne nazie a mis en place les moyens de sa remilitarisation. La machine s'emballe et pratiquement tous les pays du continent lancent des programmes d’envergure de production d’armes, même les nations affichant leur neutralité. Ainsi, la Suisse en 1936 se donne les moyens de doper son arsenal. Par la suite, l’Anschluss et la guerre d’Espagne poussent les Helvètes à encore augmenter les dépenses en matière d’équipements militaires et d’armement. Pour la Confédération, la menace se précise, concrétisée par le projet d’occupation imaginé par Hitler, le plan Tannenbaum. Partout à ses frontières, la Suisse érige des fortifications donnant naissance au fameux “Réduit national”.

Après la défaite de l’Allemagne nazie, la Suisse, finalement restée à l'écart des conflits de la Seconde Guerre mondiale, se retrouve donc avec une importante quantité d’armes. Dans un premier temps, ces munitions sont stockées dans des entrepôts. Mais en 1946 et 1947, deux explosions causent la mort de plus d’une dizaine de personnes et provoquent d’importants dégâts. Une autre solution est donc avancée : l'immersion, comme l'explique l'historienne suisse Elodie Charrière dans ses nombreux travaux. Ainsi jusqu’à la fin des années 60, l’armée suisse va ainsi immerger plus de 8 000 tonnes de munitions dans plusieurs lacs du pays.

Concernant spécifiquement le lac Léman, les dépôts d’armement ont été effectués directement par l’armée, mais aussi par une entreprise privée, Hispano-Suiza, dont l’usine implantée à Genève produisait des munitions. Ces opérations d’immersion (d’obus, de grenades, têtes de missiles) se sont produites dans une zone de plus 10 km², dans la partie du Léman dénommée le petit lac.

Le Département fédéral suisse de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) a indiqué à plusieurs reprises que ces munitions immergées ne libéraient pas de substances nocives et que leur repêchage était inutile. Jusqu’à aujourd’hui. Mais demain ?

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.