Loi anti-gaspillage : quelles ambitions ?

Loi anti-gaspillage : quelles ambitions ?
Par Anne-Lise Fantino  & AFP

L'exécutif français a rétropédalé sur l'une des mesures-phares du texte : la mise en place de consignes pour les bouteilles plastique.

En France, des solutions concrètes pour lutter contre le gaspillage vont-elles émerger, alors que les discussions sur le climat achoppent toujours à Madrid, dans le cadre de la COP 25 ?

Ce lundi, les députés de l'hexagone commencent à débattre du projet de loi qui prévoit une série de mesures pour favoriser le recyclage.

Il propose de bannir le plastique et les contenants à usage unique des fast-food, pour les repas servis sur place. Mais la mesure phare d'une consigne pour les bouteilles en plastique a déjà été retoquée par le Sénat en septembre dernier.

Pourtant, la France recycle à peine six bouteilles sur dix, alors que Bruxelles vise un taux de recyclage qui dépasse les trois-quarts, d'ici 2025.

Le gouvernement, qui comptait généraliser un dispositif mixte de consigne de réemploi pour les bouteilles en verre, et de recyclage des bouteilles plastique, a fait marche arrière et limite l'expérimentation aux territoires volontaires.

Huit filières de recyclage sont aussi à l'étude, pour élargir le principe du pollueur-payeur à des secteurs comme le BTP ou encore l'industrie du tabac, qui devraient alors financer la gestion de leurs déchets.

Les discussions sont donc parties pour durer au sein de l'hémicycle, avec plus de 2 400 amendements au programme, et une lecture qui se poursuivra jusqu'au 20 décembre prochain.

À découvrir également