DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quel futur pour l'exploration spatiale ?

euronews_icons_loading
Quel futur pour l'exploration spatiale ?
Taille du texte Aa Aa

En octobre dernier, vous avez posé vos questions à Luca Parmitano, notre correspondant spatial et astronaute de l'Agence spatiale européenne (ESA). En tout, vous avez été plus d'une centaine à participer, venant des quatre coins de l'internet, et à nous envoyer vos cosmiques interrogations via Facebook, Twitter ou Instagram et Reddit. En vrac, citons l'adorable question de Juliette, dix ans, qui a demandé lequel des cinq sens était le plus utilisé dans l'espace, et celle, un brin, triviale : "comment tu pètes dans l'espace ?".

Au final, Luca a choisi de répondre à sept questions, mises en lumière par notre nouvelle hebdomadaire intitulée "Ask Our Astronaut".

La nouvelle question nous provient d'absel97 sur Reddit. Voici ce que Luca Parmitano a répondu, après avoir lu le message :

'Ciao Luca. En tant qu'Italien, je dois dire que je suis très fier de toi pour la façon dont tu nous représentes en Europe et dans le monde. Et même dans l'univers!'

Wow. C'est une sacrée déclaration.

'Que pensez-vous des missions de colonisation dans le futur ? Devrions-nous nous concentrer sur un retour sur la Lune ? Ou construire une nouvelle station spatiale pour y faire des expérimentations sérieuses ? Ou devrions-nous viser Mars?'

Bon, je pense qu'une chose n'empêche pas l'autre. Retourner sur la Lune me semble être une étape prioritaire, et pratiquement indispensable, pour faire un pas de plus vers Mars. Toutes les agences spatiales du monde collaborent déjà sur un projet lunaire, donc je crois qu'il est intéressant de se tourner vers une sérieuse exploration de la Lune. C'est quelque chose qui n'a encore pas été accomplie.

Nous avons aluni à plusieurs endroits mais sans jamais vraiment l'explorer. C'est désormais temps de poser les fondations d'une nouvelle et complète exploration de la Lune pour comprendre ses ressources et son potentiel. A partir de là, on peut se tourner vers Mars."