EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Patinage français : la ministre des Sports réclame la démission du président de la fédération

Didier Gailhaguet, à la sortie du ministère des sports , Paris, le 3 février 2020
Didier Gailhaguet, à la sortie du ministère des sports , Paris, le 3 février 2020 Tous droits réservés Capture d'écran / Sujet Euronews
Tous droits réservés Capture d'écran / Sujet Euronews
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Abus sexuels dans le patinage : la ministre française des sports réclame la démission du président de la fédération, qui se défend.

PUBLICITÉ

Les révélations fracassantes de Sarah Abitbol, ancienne patineuse artistique française, qui accuse son entraîneur de l'époque, Gilles Beyer, de l'avoir violée alors qu'elle était mineure prend une tournure politique.

Ce lundi, la ministre française des Sports Roxana Maracineanu a convoqué le président de la fédération des sports de glace, Didier Gailhaguet, pour lui demander de démissionner face aux scandales liés aux agressions sexuelles dans ce sport.

Entré en fonction en 1998, Didier Gailhaguet n'était pas président au moment des faits subis par Sarah Abitbol entre 1990 à 1992. Mais il lui est reproché d'avoir maintenu Gilles Beyer en poste dans les années 2000 malgré la plainte d'une autre patineuse et une enquête administrative menée après un signalement de parents et qui a conduit le ministère des Sports à mettre fin à ses fonctions de cadre d'État.

À la sortie de son entretien avec la ministre ce lundi, le principal intéressé concède des erreurs mais pas de fautes.

"Les premiers responsables sont ceux qui ont laissé commettre ces exactions. Je veux bien sûr citer le ministère, et la ministre des Sports de l'époque, qui, de par leur lâcheté, leur incompétence et leurs nombreuses volte-face ont permis de laisser des personnes sur la glace dans des sports à maturité précoce, donc plus exposés, alors qu'elles auraient dû être soignées et mises hors d'état de nuire".

L'indéboulonnable patron du patinage français met ainsi en cause Marie-George Buffet, ministre des sports de l'époque en affirmant qu'"une fédération sportive, ce n'est ni la police, ni la justice, elle n'a pas non plus les moyens humains et financiers du ministère des Sports pour faire des investigations".

Roxana Maracineanu a annoncé une nouvelle enquête administrative et son intention de saisir le procureur de la République pour obtenir une enquête pénale "sur les faits qui le justifient". Elle a aussi brandi la menace d'un retrait de la délégation de la fédération, et a promis d'aider à la création d'une "association de victimes" afin que leur prise de parole ne soit pas "vaine".

De son côté, Didier Gailhaguet a annoncé la tenue d'une conférence de presse ce mercredi, au cours de laquelle le patron du patinage devrait faire des révélations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Patinage : le parquet de Paris ouvre une enquête pour viols et agressions sexuelles sur mineurs

Abus sexuels dans le clergé : le "secret pontifical" aboli

Promesse tenue : la maire de Paris s'est baignée dans la Seine ce mercredi matin