DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus 2019-nCoV : 30 cas confirmés dans neuf pays européens

euronews_icons_loading
Des chercheurs de l'Institut Pasteur, à Paris, étudiant une souche du coronavirus 2019-nCoV, le 6 février 2020.
Des chercheurs de l'Institut Pasteur, à Paris, étudiant une souche du coronavirus 2019-nCoV, le 6 février 2020.   -   Tous droits réservés  AP Photo/Francois Mori
Taille du texte Aa Aa

Malgré les efforts pour contenir l'épidémie, des cas de Coronavirus continuent d'être signalés en Europe. En Allemagne, un treizième cas a été confirmé ce jeudi. Au Royaume-Uni, une troisième personne a été signalée. Elle n'aurait pas contracté le virus sur le territoire britannique.

Sur l'ensemble du continent européen, 30 cas ont été confirmés dans neuf pays. Il n'existe pour l'heure pas de remède, ni de vaccin. Mais les chercheurs s'activent pour développer des traitements. Un laboratoire situé à Lyon en France est l'un pionnier dans pour trouver des solutions thérapeutiques.

Le codirecteur du laboratoire VirPath, Manuel Rosa-Calatrava, nous l'explique :

"Notre objectif est évidemment d'évaluer et, espérons-le, de valider ces médicaments repositionnés très rapidement en un mois, un mois et demi afin de pouvoir proposer une solution thérapeutique avec ces médicaments repositionnés pour les patients."

Les initiatives internationales sont saluées par la Chine, épicentre de l'épidémie. Mais Pékin déplore une montée inquiétante du racisme anti-chinois.

Sur ce point, Liu Xiaoming, l'ambassadeur du pays au Royaume-Uni a pris la parole :

"Il y a un racisme profondément enraciné, non seulement dans ce pays mais partout ailleurs, donc je pense que dans une crise comme celle-ci, les pays devraient se tenir unis et les gens devraient réaliser que nous avons un ennemi commun."

Signe du malaise et des discriminations que subissent les communautés asiatiques en Europe, l'association des ressortissants italiens d'origine chinoise a publié cette vidéo (ci-dessus), où un homme se tient debout dans le centre de Florence, avec une pancarte sur laquelle est écrit "Je ne suis pas un virus, je suis un humain".