DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : le FMI veut rester positif, mais l'Allemagne prévoit un ralentissement

euronews_icons_loading
Coronavirus : le FMI veut rester positif, mais l'Allemagne prévoit un ralentissement
Tous droits réservés
-
Taille du texte Aa Aa

Le salon mondial du mobile de Barcelone a fini par être annulé, conséquence de l'épidémie de coronavirus.

Un exemple qui témoigne du contexte de crise sanitaire, dans lequel certaines entreprises préfèrent jouer la prudence. La grand-messe annuelle de la téléphonie n'aura pas lieu, alors que les opérateurs s'apprêtent à lancer de nouveaux services.

De nombreux poids lourds du secteur ont décidé de se retirer de l'événement, obligeant les organisateurs à l'annuler.

L'épidémie pèse sur l'ensemble de l'économie de la planète, de l'Europe à la Chine, où de nombreuses usines sont fermées. Les approvisionnements sont perturbés, et en Allemagne, la Deutsche Bank s'attend à une contraction de la croissance, qui pourrait porter un coup dur à l'économie numéro un de la zone euro.

Les regards se tournent donc vers l'industrie automobile, qui dépend largement de pièces détachées de fabrication chinoise, et fait souvent office de baromètre de l'économie mondiale. Les acteurs du secteur attendent de voir quels efforts seront réalisés afin de relancer la production. Et pour l'heure, le FMI compte rester optimiste.

"Le scénario le plus probable que nous envisageons maintenant est un impact en forme de V", explique Kristalina Georgieva, directrice générale du Fonds Monétaire International. "Autrement dit, une forte baisse des activités économiques en Chine, suivie d'une reprise rapide et d'un impact global relativement modéré pour le pays. Par conséquent, l'impact sur l'économie mondiale est également modéré".

Les marchés restent toujours aussi volatils. Les perspectives d'un ralentissement de la progression de l'épidémie ont suscité un véritable rebond à Wall Street, alors que l'OMS invite à considérer cette tendance avec une "extrême précaution".

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.