PUBLICITÉ

Accusé de détournement de fonds publics, le couple Fillon risque gros

Accusé de détournement de fonds publics, le couple Fillon risque gros
Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le procès du couple Fillon commence réellement ce mercredi après avoir été reporté lundi en raison de la grève des avocats. Il encourt jusqu'à 10 ans de prison, une lourde amende et une peine d'inéligibilité.

PUBLICITÉ

Le procès du couple Fillon commence réellement ce mercredi après avoir été reporté lundi en raison de la grève des avocats.

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy et son épouse Pénélope étaient brièvement apparus lundi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Ils sont poursuivis pour détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux.

Au cœur du scandale, Pénélope Fillon, soupçonnée d'avoir bénéficié d'emplois fictifs à l'Assemblée nationale, où elle était embauchée comme assistante parlementaire de son mari député et de son suppléant. Un travail pour lequel elle aurait perçu plus d'un million d'euros d'argent public, entre 1998 et 2013, selon les enquêteurs.

François Fillon dénonce, lui, une enquête à charge et assure que son épouse était sa "première et plus importante collaboratrice".

D'autres accusations pèsent sur Pénélope Fillon, soupçonnée d'avoir effectué un emploi fictif de conseillère littéraire pour "La Revue des deux mondes", propriété d'un milliardaire et ami de François Fillon, où elle aurait perçu 135.000 euros sur une période de 20 mois.

Le couple Fillon encourt jusqu'à 10 ans de prison, une lourde amende et des peines d'inéligibilité. Le procès est prévu jusqu'au 11 mars.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le couple Fillon reconnu coupable de détournement de fonds publics et recel d'abus de biens sociaux

Époux Fillon : 5 ans de prison dont 2 fermes requis contre l'ancien Premier ministre français

Affaire Bygmalion : six mois ferme pour Nicolas Sarkozy en appel