DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Migrants : les populations locales grecques constatent une baisse du nombre de passages

euronews_icons_loading
Migrants : les populations locales grecques constatent une baisse du nombre de passages
Tous droits réservés  Giannis Papanikos
Taille du texte Aa Aa

Notre journaliste Michail Arampatzoglou s'est rendu dans le nord-est de la Grèce, et a pu s'entretenir avec un groupe de neuf migrants quelques minutes après leur arrestation par la police grecque.

Ces hommes, six pakistanais et trois bangladais, racontent avoir traversé la rivière Evros qui fait office de frontière après avoir passé plus d'un an en Turquie. Leur interpellation intervient sept à huit jours après leur traversée. Leur objectif était de suivre les lignes électriques à haute tension pour atteindre une ville loin de la frontière.

Michail Arampatzoglou / Euronews
Des migrants pakistanais et bangladais interpellés en Grèce, Mars 2020Michail Arampatzoglou / Euronews

Leur itinéraire est une route très populaire empruntée par les migrants depuis plusieurs années pour se rendre en Europe. "Au cours des années précédentes, de nombreux migrants traversaient la frontière. Ils ne nous ont pas fait de mal. Ils ne sont pas entrés dans nos bergeries ou nos propriétés" raconte un villageois grec. "Maintenant l'armée est là. Les migrants ne passent pas, du moins on ne les voit pas très souvent" constate-t-il.

Les populations locales craignent toutefois qu'une augmentation des tensions entre l'UE et la Turquie ne fasse qu'augmenter la pression migratoire en Grèce.