EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Coronavirus : avec 838 morts en 24 heures, l'Espagne continue de payer un lourd tribut

Coronavirus : avec 838 morts en 24 heures, l'Espagne continue de payer un lourd tribut
Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Guillaume Petiteuronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le nombre de cas confirmés a atteint 78 797, une progression de 9,1% en un jour dans le second pays le plus endeuillé par le Covid-19 après l'Italie, et qui va durcir encore les règles du confinement.

L'Espagne a enregistré 838 morts du coronavirus en 24 heures, un nouveau record quotidien après les 832 de la veille, portant le bilan de la pandémie à 6 528 morts, selon les chiffres publiés dimanche par le ministère de la Santé.

PUBLICITÉ

Le nombre de cas confirmés a atteint 78 797, une progression de 9,1% en un jour dans le second pays le plus endeuillé par le Covid-19 après l'Italie, et qui va durcir encore les règles du confinement.

Hormis une inflexion jeudi, le nombre de morts quotidiens ne cesse d'augmenter jour après jour en Espagne, où les autorités sanitaires espèrent se rapprocher du pic de contagion, observant un ralentissement du rythme de l'augmentation quotidienne du nombre de cas et de morts ces derniers jours.

Note plus positive, le nombre de personnes guéries a également augmenté de 19,7% en 24 heures pour atteindre 14 709.

Mais pour éviter que les hôpitaux où des malades luttent entre la vie et la mort soient débordés, l'Espagne, deuxième pays le plus endeuillé par le Covid-19 après l'Italie, va durcir encore les règles du confinement, déjà l'un des plus stricts d'Europe.

Après l'Italie, l'Espagne a décidé samedi de durcir les mesures prises pour lutter contre le Covid-19 en ordonnant l'arrêt des "activités non essentielles". Sont considérées comme activités essentielles la santé, l'alimentation ou l'énergie notamment.

Cette mesure a été approuvée dimanche lors d'un Conseil des ministres extraordinaire qui devait préciser quels secteurs exactement sont visés.

Le but est de réduire encore plus la mobilité et donc la propagation du virus alors que les 46 millions d'Espagnols sont déjà soumis depuis mi-mars à un confinement qui a été prolongé jusqu'au 11 avril.

Ils ne peuvent sortir de chez eux que pour travailler si le télétravail n'est pas possible, acheter à manger, se faire soigner ou sortir rapidement leur chien.

Les policiers multiplient les arrestations --760 depuis le 14 mars-- et ont établi près de 60.000 procès-verbaux pour violation des nouvelles règles de circulation, selon José Angel Gonzalez, directeur des opérations de la Police nationale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : saisie record d'une drogue de synthèse appartenant à un cartel mexicain

Le Parti socialiste célèbre sa victoire aux élections catalanes

Le parlement espagnol va examiner un projet de loi pour régulariser des sans-papiers