DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : le bilan s'aggrave toujours plus aux États-Unis et au Royaume-Uni

euronews_icons_loading
Coronavirus : le bilan s'aggrave toujours plus aux États-Unis et au Royaume-Uni
Tous droits réservés  Mary Altaffer/AP
Taille du texte Aa Aa

Depuis son apparition en décembre en Chine, la maladie Covid-19 a fait plus de 60 000 morts dans le monde, dont près des trois-quarts en Europe. Le point au Royaume-Uni, aux États-Unis et en France.

Le nombre de décès dus au Covid-19 augmente de près de 20 % au Royaume-Uni. Entre vendredi et samedi, le pays a enregistré 708 morts supplémentaires, dont un enfant de 5 ans. Il s'agit d'un nouveau record confirmant l'accélération de l'épidémie. Le ministre d’État Michael Gove a lancé un nouvel appel à la population : "Vous devez rester chez vous pour protéger le NHS et sauver des vies. Peu importe les tentations ce weekend, s'il vous plaît, ne sortez pas."

Au total, plus de 4 300 personnes sont décédées dans le pays. Signe de l'ampleur de la crise, la Reine Elizabeth II a enregistré une allocution pour le Royaume-Uni et le Commonwealth, qui sera diffusée dimanche - la 4e seulement en 68 ans de règne.

Le Premier ministre Boris Johnson, en quarantaine après avoir été lui-même testé positif au Covid-19, a lui aussi exhorté sur Twitter les Britanniques à rester chez eux pour "sauver des vies", malgré un temps doux et ensoleillé.

Le taux de contamination pourrait rester élevé "durant des semaines" si les règles de distanciation sociale ne sont pas respectées, alors que l'épidémie pourrait atteindre un pic d'ici à dix jours.

Dans ce cas de figure, "nous pensons toujours que les choses vont se stabiliser, mais nous aurons des niveaux d'infection assez élevés durant des semaines plutôt que d'avoir un déclin rapide du type de celui observé en Chine", a-t-il déclaré sur la BBC.

La pandémie explose aux États-Unis

Les États-Unis ont enregistré près de 1 500 morts en une journée, le pire bilan journalier jamais comptabilisé.

La situation est particulièrement catastrophique dans L’État de New York. Le Maire, Bill de Blasio a lancé un appel à la mobilisation générale du personnels médical - estimant avoir besoin de l'aide de 45 000 professionnels de santé.

Selon la Maison Blanche, le nouveau coronavirus pourrait faire entre 100 000 et 240 000 morts dans le pays. Les Américains se préparent donc au pire, bâtissant des hôpitaux de campagne de Los Angeles à Miami, avec des milliers de lits supplémentaires de réanimation et un gigantesque navire-hôpital à quai à New York.

Selon le spécialiste américain Anthony Fauci, conseiller du président Donald Trump et membre de la cellule de crise de la Maison Blanche, il ne fait plus guère de doute que le nouveau coronavirus est transmis par voie aérienne quand "les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu'ils éternuent ou toussent". Ce qui expliquerait l'extrême contagiosité apparente du Covid-19.

En conséquence, le président américain a appelé vendredi ses concitoyens à se couvrir le visage à l'extérieur, même s'il a rappelé qu'il ne s'agissait "que de recommandations" que lui-même ne suivrait pas.

Ne pas relâcher la vigilance en France

En France, le dernier bilan fait état de 7650 morts, dont plus de 2 000 dans des Ehpad. Selon les experts, les effets du confinement devraient bientôt se faire ressentir.

Le pays, confiné depuis le 17 mars pour lutter contre l'expansion de l'épidémie, a enregistré 441 décès supplémentaires dans les dernières 24 heures à l'hôpital, moins que vendredi quand avait été enregistré le pire bilan quotidien depuis le début de l'épidémie (588 morts).

Samedi, plus de 6 800 personnes se trouvaient en réanimation. "Ce soir, nous n'avons jamais eu autant de patients en réanimation", a souligné le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, au cours de son point presse quotidien, même s'il y a bien un ralentissement progressif des admissions.

"Le nombre de lits nécessaires chaque jour est un peu moins élevé que la veille mais on doit quand même accueillir en permanence de nouveaux patients", a-t-il rappelé, invitant à la plus "grande prudence". D'autant plus que la prise en charge de la maladie est longue, souvent d'au moins dix jours.

En cette période de vacances scolaires, les autorités appellent à ne pas relâcher la vigilance, alors que le pic de l'épidémie devrait être atteint dans les prochains jours. 160 000 policiers et gendarmes ont ainsi été mobilisés sur les routes de France pour des contrôles renforcés.

Par ailleurs, pour dissuader toute velléité de se rendre sur le littoral atlantique, les hébergements de tourisme n'ont pas le droit d'accueillir du public dans toutes les communes du littoral de Nouvelle-Aquitaine, de la Charente-Maritime aux Pyrénées-Atlantiques, jusqu'au 15 avril.