DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Printemps morose pour les fleuristes et les horticulteurs

euronews_icons_loading
Printemps morose pour les fleuristes et les horticulteurs
Tous droits réservés  NICOLAS MAETERLINCK/AFP
Taille du texte Aa Aa

Triste saison pour les fleuristes et les horticulteurs. Au Portugal, les producteurs sont contraints de jeter des tonnes de plantes en raison de l'absence quasi totale de ventes. Depuis quinze jours, il n'y a pratiquement plus de commandes. Du coup, les plus de 5000 personnes qu'emploie le secteur dans le pays risquent de ne pas être payées.

"Nous traversons une période dramatique, témoigne Vitor Arajo, producteur de fleurs et de plantes. Nous cultivons des fleurs dont personne ne veut. C'est un immense gaspillage, des milliers de fleurs et de plantes finissent à la poubelle, nos ventes ont baissé de 90 %."

Aux États-Unis, dans la Skagit Valley, dans l'État de Washington, le festival de la tulipe se tient chaque mois d'avril depuis 35 ans. Pour la première fois, il a dû être annulé à cause de la pandémie de Covid-19. Une lourde perte pour tout le secteur.

"Vos pouvez toutefois vous procurer un bouquet en ligne et nous vous le livrerons à l'hôpital ou en maison de retraite ou aux premières personnes qui se manifestent, qui ont besoin de couleur et qui sont vraiment en première ligne dans cette crise du Covid-19" informe Andrew Miller, co-propriétaire de la Ferme de la tulipe.

A Londres aussi, les horticulteurs font grise mine. Le confinement a déjà entraîné une perte de deux millions et demi d'euros pour les invendus des pépinières en cette saison où ils enregistrent habituellement la plus grosse partie de leur chiffre d'affaires.