DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Arnaque au coronavirus : une Américaine lèche la marchandise dans son caddy pour ne pas payer

Le supermarché de South Lake Tahoe - Californie - où une escroqueuse a été arrêtée, 7 avril 2020
Le supermarché de South Lake Tahoe - Californie - où une escroqueuse a été arrêtée, 7 avril 2020   -   Tous droits réservés  South Lake Tahoe police department / AFP
Taille du texte Aa Aa

Depuis que le monde est monde, le malheur de beaucoup de gens fait toujours le bonheur de quelques escrocs. En ces temps de pandémie meurtrière, on n'y échappe pas ! Depuis des semaines, des malhonnêtes de tout poil s'en donnent à coeur joie pour profiter au maximum du chaos provoqué par le nouveau coronavirus.

Le Covid-19 au service de l'escroquerie

Aux Etats-Unis, une habitante de Californie a fait preuve d'une extraordinaire imagination perverse afin de sortir d'un supermarché, où elle avait fait de nombreuses courses, sans avoir rien à dépenser : elle avait pris soin de lécher scrupuleusement tous les produits alimentaires et autres marchandises déposées dans son caddy rempli à ras bord.

Les faits ont eu lieu mercredi 7 avril à South Lake Tahoe, une petite ville située sur les bords du lac du même nom, à la limite entre la Californie et le Nevada. Des clients du magasin avaient vu l'escroqueuse, une femme de 53 ans (photographiée ci-dessous) en train de procéder à son étrange opération dans les rayons. Et quand elle a fait son chantage à la caisse, la police locale, prévenue par la direction, avait eu le temps d'arriver sur place.

Bien mal acquis ne profite jamais

La quinquagénaire a été arrêtée et placée en garde à vue, sans qu'on sache vraiment si elle était infectée par le Covid-19. Son chariot de supermarché contenait un tas de choses, dont pas mal d'alcool, pour un montant évalué à 1 800 dollars. Et par crainte de contamination, tout le lot, léché minutieusement, a été détruit.

La police de South Lake Tahoe a précisé que la suspecte avait également mis sur elle plusieurs bijoux vendus dans le magasin, qu'elle aurait pareillement léchés, selon des membres du personnel. On imagine que ces objets précieux n'ont pas été sacrifiés comme le reste de la marchandise.