Hong Kong, un an après le début du mouvement prodémocratie

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Hong Kong, un an après le début du mouvement prodémocratie
Tous droits réservés  AP

Les militants ont appelé à persévérer en cette date anniversaire. Il y a un an, le premier acte du mouvement prodémocratie débutait à Hong Kong. Dénonçant les ingérences grandissantes de Pékin, il allait durer sept mois, jusqu'au coup d'arrêt du coronavirus. À l'occasion de cet anniversaire, la chef de l'exécutif a délivré un message ambigu.

« Au cours de l'année écoulée, Hong Kong a traversé de nombreuses difficultés, a déclaré Carrie Lam. Ces épreuves ont conduit au travail que nous faisons aujourd'hui. Chacun doit apprendre de ses erreurs, y compris le gouvernement de Hong Kong, et j'espère que les membres du Conseil législatif en tireront l'enseignement que Hong Kong ne peut pas supporter un tel chaos. »

Radicalisé, puis durement réprimé, le mouvement émerge encore par à-coups mais les restrictions sont sévères. Les rassemblements de plus de huit personnes sont interdits. La semaine dernière, le parlement local a approuvé une loi criminalisant l'outrage à l'hymne chinois, et Pékin est en train de tailler sur le mesure à Hong Kong une loi sur la sécurité.

L'an dernier, environ 9000 personnes ayant pris part aux manifestations ont été arrêtées et plus de 1 700 ont été inculpées.