DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Réduire les risques épidémiques

Access to the comments Discussion
Par Grégoire Lory
euronews_icons_loading
Réduire les risques épidémiques
Tous droits réservés  Kay Nietfeld/(c) Copyright 2020, dpa (www.dpa.de). Alle Rechte vorbehalten
Taille du texte Aa Aa

Les systèmes de surveillance sanitaire européens essayent d'évaluer toutes les sources possibles de nouvelles épidémies. Les ONG pointent du doigt les risques liés aux productions industriels de viande et de lait. Les organisations de défense de l'environnement ne considèrent pas le secteur comme l'origine d'une éventuelle menace mais elles soulignent le rôle d'accélérateur que peut jouer l'élevage intensif.

Elles dénoncent la destruction des écosystèmes et des forêts engagée pour élever et nourrir les animaux. Cette perte de l’habitat naturel amplifie le risque de contact entre les bêtes sauvages et l'homme ce qui augmente les risques sanitaires. De plus les ONG dénoncent les mauvaises conditions d'élevage dans les exploitations industrielles. "Les animaux sont entassés, ils ont souvent les mêmes origines génétiques. Les conditions sont mauvaises pour les gens et les animaux donc il y a les germes pour d'éventuels nouveaux désastres", explique Sini Eräjää de Greenpeace Europe.

Greenpeace précise qu'il n'y a pas de lien entre la pandémie actuelle et l'élevage intensif. Sur ce point l'ONG rejoint les industriels de la viande. En revanche le secteur rejette les accusations contre les conditions d'élevage et d'exploitation. Les professionnels soulignent que près de 20 000 entreprises au sein de l'UE sont soumises à des normes sanitaires très strictes. "L'industrie alimentaire et avec elle l'industrie de la viande, disposent des plus hauts standards de sécurité et des règles les plus élevées pour la production, pour le cadre de travail, pour les travailleurs et pour l'alimentation", insiste Karsten Maier, secrétaire général de l’UECBV (Union européenne du commerce de bétail et des métiers de la viande).

Une réflexion en cours

L'UE négocie actuellement une réforme de la Politique agricole commune. Au Parlement européen certains élus souhaitent réorienter les aides financières pour soutenir davantage les petites exploitations. Pour le président de la commission Environnement, Pascal Canfin, il faut "modifier les règles du jeu et donner beaucoup moins d'argent aux éleveurs qui ont des pratiques d'élevage intensif et industriel pour que cet argent (...) aille vers ceux qui ont, au contraire, des pratiques extensives, qui utilisent les prairies, qui ont des élevages plus petits et moins intensifs".

Selon les ONG pour diminuer les risques il faut revoir l'ensemble du système de production et réduire la consommation de viande et de produits laitiers.