DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ce n’est "pas seulement une question de protection de l'Europe"

euronews_icons_loading
Ce n’est "pas seulement une question de protection de l'Europe"
Tous droits réservés  Evan Vucci/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La présence de soldats américains sur le territoire allemand est un élément clef de la défense du continent européen. Mais Washington veut désormais retirer 9 000 de ses hommes.

Ce retrait est une façon de pénaliser Berlin qui ne respecte ses engagements en matière de dépenses militaires. "L'Allemagne est un mauvais payeur de l'Otan, elle ne paye que 1% de son PIB alors qu'elle devrait dépenser 2% et 2% c'est faible il faudrait que ce soit beaucoup plus", insiste le président américain Donald Trump.

Cette décision est un coup porté à l'Otan. L'Alliance n'a pas été consultée, ni prévenue de ce mouvement de troupes. Mais le secrétaire général de l’Otan assure que rien n’est encore formalisé. "Les Etats-Unis ont dit clairement qu'ils n'avaient pris aucune décision définitive sur le calendrier et la façon de mettre en oeuvre cette intention", explique Jens Stoltenberg. Pour le responsable norvégien la présence américaine en Europe n’est pas "seulement une question de protection de l'Europe, mais c'est aussi projeter les forces américaines au-delà de l'Europe. Nous savons que beaucoup d'opérations américaines en Irak, en Afghanistan, en Afrique, sont parties de bases américaines en Europe", ajoute-t-il.

Cette annonce surprise des Etats-Unis a provoqué la colère de Berlin. Cette décision s'inscrit dans une bataille politique en cours entre le président américain et la chancelière allemande. Mais ces tensions bilatérales risquent d'affaiblir la voix de l'Alliance.