EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le nombre de personnes déplacées atteint un record dans le monde

Des migrants et réfugiés attendent un bus au port du Pirée près d'Athènes en Grèce, le 4 mai 2020
Des migrants et réfugiés attendent un bus au port du Pirée près d'Athènes en Grèce, le 4 mai 2020 Tous droits réservés Petros Giannakouris, AP Photo
Tous droits réservés Petros Giannakouris, AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est un triste record qui ressort du dernier rapport publié par les Nations Unies : près de 80 millions de personnes ont dû fuir leur pays dans le monde l'an dernier, soit 1 % de l'humanité.

PUBLICITÉ

C'est un triste record qui ressort du dernier rapport publié par le Haut Commissariat aux Réfugiés, ce jeudi.

Désormais, les populations déplacées représentent 1 % de l'humanité, avec près de 80 millions de personnes concernées dans le monde. Un chiffre inédit qui a doublé en l'espace de dix ans. Et la crise sanitaire de ces derniers mois n'a fait qu'aggraver leur situation.

"Nous sommes inquiets des conséquences de la fermeture des frontières liée à la pandémie, à savoir le refus de faire droit aux demandes d'asile", note Gillian Triggs, Haut Commissaire assistante du HCR, en charge de la protection internationale.

"Nous voulons souligner qu'il est possible de préserver les impératifs de santé publique aux frontières de manière humaine, pour permettre aux personnes qui ont besoin de protection, d'un refuge, de faire valoir leurs droits en toute sécurité. Les mesures de quarantaine, les analyses à distance, et d'autres procédés peuvent être utilisés pour garantir que ces droits soient pris en considération, de manière équilibrée, au regard des exigences de santé publique".

Deux tiers des populations déplacées dans le monde sont originaires de seulement cinq pays : la Syrie, l'Afghanistan, et le Soudan du Sud, en proie aux conflits, mais aussi la Birmanie, où subsistent les persécutions contre la minorité Rohingya, et le Venezuela, rongé par une violente crise économique et politique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les premiers vols d'expulsion vers le Rwanda quitteront le Royaume-Uni dans quelques mois

En Irlande aussi, l'accueil des migrants commence à diviser la société

L'Unrwa et Israël durcissent leurs accusations mutuelles