DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Après une année scolaire très particulière, les lycéens français obtiennent les résultats du bac

euronews_icons_loading
Des lycéens consultent leurs résultats, à Paris.
Des lycéens consultent leurs résultats, à Paris.   -   Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Les lycéens français ont pu consulter ce mardi les résultats du baccalauréat, mais ce rituel si important traditionnellement a pris une saveur particulière cette année. En raison de la crise du coronavirus et du confinement, les épreuves du bac ont été remplacées par un contrôle continu.

Pas de suspens donc devant les panneaux d'affichage : la plupart des candidats étaient déjà fixés sur leur sort, avant de connaître le résultat final.

Une situation frustrante pour certains lycéens, comme Sophie Dufeurcq, diplômée du Bac L : "Pour moi il n’y a pas de fin d’année de terminale, il n’y a pas de rituel d'aller voir les résultats avec ses amis, ensuite on fête le bac avec ses amis, c’est pas du tout ça. Là, on est tous masqués avec du gel, on doit se laver les mains tout le temps."

"Ce n'est pas un bac au rabais"

Beaucoup craignent également que ce bac ait moins de valeur que les autres années. Certains inspecteurs ont en effet constaté des notes plus élevées que d'ordinaire, et le taux de réussite s’élèverait à 91,5%, soit 13,7 points de plus qu'en 2019.

"Peut-être que sur le plan académique, on a eu un petit peu moins d’exigence, mais il faut garder en tête ce que nos élèves ont traversé cette année, temporise Marianne Dodinet, directrice du lycée Jean de la Fontaine à Paris. Entre les grèves, entre le Covid, le confinement, ils n’ont pas eu une année ordinaire. On ne pouvait pas les évaluer de la même manière qu’on évaluait les autres années. Ils ont tenu nos élèves, ils ont tenu dans des conditions difficiles, ils ont continué à travailler de chez eux. Donc ce n’est pas un bac au rabais."

Et pour ceux qui n'ont pas atteint les 10 de moyenne, les épreuves de rattrapages auront, elles, bel et bien lieu, à partir de mercredi.