DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En France, des « vacances apprenantes » pour une partie des élèves

euronews_icons_loading
En France, des « vacances apprenantes » pour une partie des élèves
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

On appelle cela les « vacances apprenantes ». En France, environ 400 000 élèves âgés de 3 à 17 ans ont retrouvé les bancs de l'école après le début des vacances, en petit comité. 250 000 autres partiront en « colo éducative ». Des initiatives locales et ponctuelles, mais essentielles pour les enfants les plus exposés au risque de décrochage, après le confinement. Compter et lire, c'est aussi reprendre confiance, confie Nadia Gernet, une enseignante de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis.

« On ne fera pas de miracle, c’est sûr, reconnaît-elle. Je pense que le but c’est quand même de leur redonner confiance, de pouvoir appréhender la prochaine rentrée de septembre en confiance. Donc là ils ont remis le pied à l’école, ils ont revu des camarades, ils ont revu des maîtres et des maîtresses donc en fait c’est un peu une liaison entre la période de confinement et la rentrée de septembre. »

Ici, deux sessions d'une semaine ont été organisées, une en juillet, une en août. Une bouffée d'oxygène pour les parents aussi, surtout lorsque l'été n'est pas synonyme de voyage.

« Ça nous fait du bien aussi quand ils sont là plutôt que de rester à la maison car pour l’instant on ne part nulle part, pas de vacances, on est chez nous quoi », confie Rosine, la mère d'un élève.

Des centres de loisir ont aussi bénéficié d'aides pour accueillir davantage de jeunes et pas uniquement des petits. Ce jour-là, c'est atelier graffiti pour des ados à Montfermeil…

« Beaucoup d'enfants ne vont malheureusement pas pouvoir partir comme d'habitude, donc c'est pour ça qu'effectivement tous ces dispositifs ont été mis en place, pour que les enfants puissent passer des vacances agréables, dans un autre contexte », explique Fathi Chellouf, responsable du programme de réussite éducative de Montfermeil.

Au total, ces dispositifs, colonies de vacances comprises, devraient bénéficier à un million de jeunes Français, avec à la clé une rentrée post-Covid plus sereine.