DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les JO de Tokyo, "Jeux de la reconstruction" pour la région de Fukushima

euronews_icons_loading
Les JO de Tokyo, "Jeux de la reconstruction" pour la région de Fukushima
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo l'été prochain donneront l'occasion de rendre hommage à Fukushima, une région dévastée par le tsunami, le tremblement de terre et la catastrophe nucléaire de 2011.

Le relais de la flamme olympique devait commencer son périple depuis le J-Village, le Centre national d'entraînement de la préfecture de Fukushima. Ce complexe sportif est un symbole puissant de la reprise car les terrains de football et de rugby verts d'aujourd’hui avaient été utilisés comme base pour les pompiers et Forces d'autodéfense après l'accident nucléaire.

Cet hiver, nous nous sommes rendus à Fukushima pour en apprendre davantage sur les efforts de revitalisation des dernières années. L'excitation est en train de monter dans la région avant les Jeux. Nous visitons un site olympique officiel, le stade Azuma aux côtés de Jun Suzuki, directeur-adjoint de l'Unité de promotion des Jeux Olympiques et Paralympiques qui dépend du gouvernement de la préfecture de Fukushima. "C'est le seul stade olympique de la préfecture, il accueillera le match d'ouverture de baseball et six matchs de softball pendant les JO," précise notre interlocuteur.

"Montrer au monde que la région se reconstruit"

Il poursuit en soulignant l'importance pour les habitants de la région d'accueillir les JO. "Après les catastrophes naturelles du 11 mars 2011, Fukushima a su se reconstruire grâce aux efforts de tous ses habitants," fait remarquer Jun Suzuki. "Mais ces efforts ne sont pas assez visibles aux yeux du monde et nous voulons profiter de ces JO pour le montrer et les habitants en sont très contents," affirme-t-il.

Après des années difficiles, les habitants commencent à revivre comme Mahiro Abe qui est candidat pour porter la flamme. "Pour la ville et pour moi, personnellement, ce sera une bonne occasion de montrer au monde entier que Naraha se reconstruit ; à travers le relais de la flamme olympique, les gens verront que les habitants vivent désormais heureux," indique-t-il.

"J'ai vu à la télévision les Forces d'autodéfense qui venaient au secours de la population après le tremblement de terre et le tsunami et je les ai trouvés courageux," confie le jeune homme. "J'ai eu un déclic et j'ai voulu m'engager dans les Forces d'autodéfense," dit-il.

Reprise de la pêche et de l'agriculture

Autre bonne nouvelle, une activité importante pour la région reprend : la pêche. Au port de Soma, à une cinquantaine de km de la centrale de Fukushima Daiichi, les caisses à poissons sont pleines après des années de restrictions.

Lors du tsunami de 2011, Hidetoshi Takahashi, pêcheur, a presque tout perdu sauf son bateau. Mais il n'a jamais renoncé même après l'accident nucléaire.

"Il a fallu tout recommencer de zéro," fait remarquer Hidetoshi Takahashi qui est aussi le président de l'association des pêcheurs de Fukushima. "Nous sommes enfin arrivés à la levée des restrictions sur la totalité des espèces et nous arrivons à travailler presque normalement, comme avant et ceci grâce aux efforts de tous," se félicite-t-il.

L'agriculture est également en bonne voie. Avant 2011, Fukushima était l'un des principaux producteurs de riz du Japon. La préfecture était surnommée le "Royaume du fruit", notamment pour ses pêches très sucrées connues dans tout le Japon.

Grâce aux efforts de décontamination, les exportations de nombreux aliments produits sur place sont désormais autorisées par plusieurs pays et notamment par une équipe conjointe entre l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Agence internationale de l'énergie atomique.

"De nombreux efforts en matière d'économie"

Nous avons rencontré Rafael Mariano Grossi, directeur général de l'AIEA, à Vienne après sa visite de Fukushima en février cette année. "Quantité de choses m'ont impressionné : la région dans l'ensemble a bien sûr fait l'objet de nombreux efforts qui ont été menés dans le cadre de cette idée parallèle de reprise et de travail également sur l'économie car c'est aussi important, c'est une région productrice de produits agricoles et de pêche au Japon," insiste-t-il.

"Par exemple, j'ai pu visiter le J-village qui fait partie du complexe olympique pour les Jeux de l'année prochaine : ce qui montre qu'il y a des progrès constants," estime-t-il.

Manabu Nakao, conseiller en charge de la promotion des "Jeux Olympiques et Paralympiques de la Reprise" au sein de l'Agence de Reconstruction, renchérit : "On appelle cette édition des JO,"les Jeux de la Reconstruction" car le premier objectif est de remercier les nombreuses aides reçues du monde entier pour la reconstruction du Japon après les tremblements de terre dans l'est du pays. C'est l'occasion de montrer comment on se reconstruit, de montrer les bons produits et les beaux paysages des régions sinistrées et de transmettre leur attractivité aux gens du monde entier," déclare-t-il.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques seront un coup de pouce bienvenu pour une région qui regarde enfin vers l'avenir.

Complexe sportif J-Village à Fukushima