DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Dans un an (peut-être), les JO de Tokyo

euronews_icons_loading
Dans un an (peut-être), les JO de Tokyo
Tous droits réservés  Tokyo COI
Taille du texte Aa Aa

A 365 jours de la cérémonie d'ouverture des JO de Tokyo 2020, reportés suite à la pandémie de nouveau coronavirus, le doute persiste sur la tenue des compétitions. En particulier dans la tête des Japonais.

Ils auraient dû commencer ce samedi, ce sera finalement dans un an, le 23 juillet 2021... Si tout va mieux ! Depuis que les Jeux olympiques ont été reportés en raison du Covid-19, le doute subsiste quant à la faisabilité logistique, financière et sanitaire de l'événement.

De son côté, le Comité international olympique (CIO) est rassurant. Son président est formel : les athlètes qualifiés pour 2020 le resteront pour 2021, le calendrier des épreuves est inchangé... Les Jeux auront lieu.

"Ces Jeux olympiques de Tokyo 2020 en 2021 peuvent, doivent, et seront la lumière au bout du tunnel dans lequel se trouve toute l'humanité en ce moment", a estimé le président du CIO Thomas Bach ce jeudi.

Les Japonais n'y croient plus

En réalité, l'incertitude demeure, pour ne pas dire grandit, depuis l'annonce du report de l'événement. Les touristes et les athlètes des 206 pays représentés feront-ils vraiment le déplacement ? Et dans quelles conditions ?

Les organisateurs et le gouvernement n'excluent pas un "format allégé", qui pourrait inspirer les prochaines villes organisatrices à une époque où l'accueil des Jeux olympiques est souvent qualifié de gouffre financier.

Le premier ministre nippon Shinzo Abe défend lui des Jeux "sous leur forme pleine et entière". Jusqu'ici, l'ensemble des sites a été maintenu et le huis clos n'est pas envisagé par le CIO.

Dans la rue en revanche, le cœur semble ne plus y être, alors que le pays doit célébrer ce jeudi sa deuxième cérémonie marquant la dernière année avant l’événement. Un sondage seul un Japonais sur quatre souhaite le maintient de l'événement. Les autres préfèrent qu'il soit de nouveau retardé, voire annulé.

"Je ne pense pas qu'ils devraient les maintenir. Je ne pense pas que le virus va disparaître en une année. Il y a déjà une ville qui accueillera les Jeux olympiques dans 4 ans. J'espère qu'ils permettront à Tokyo d'organiser les suivants", résume un passant.

Yoshiro Mori, le président du comité d'organisation a posé une condition à la tenue des Jeux : la découverte d'un vaccin. Lueur d'espoir salvatrice pour une grand messe du sport si rarement chamboulée... C'est la première fois que le calendrier olympique est affecté par autre chose qu'une guerre mondiale.