DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au coeur de l'Espagne rurale : "Les immigrés donnent de la vie à nos villages"

euronews_icons_loading
Au coeur de l'Espagne rurale : "Les immigrés donnent de la vie à nos villages"
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Un paysage désertique, des régions désertées, les deux caractéristiques de ce que l'on appelle désormais l'"Espagne vide". Rapporté au kilomètre carré, la densité de population dans certaines zones est inférieure à celle de la Laponie.

Pourtant, caché derrière les plaines de la province de Guadalajara, existe un quartier résidentiel tout à fait unique. Italiens, Coréens, Polonais, Ukrainiens entre autre, le village de Torre del Burgo abrite une vingtaine de nationalités.

Le prix très abordable des logements attire mais c'est aussi l'ambiance qui fait rester.

"Chaque fois qu'il y a une fête, nous sommes tous ensemble. Mes voisins sont Camerounais, nous organisons des barbecues, nous nous retrouvons et nous discutons", explique Genoveva, une ouvrière roumaine.

Dans ce melting-pot culturel, tout le monde rapporte un vivre ensemble heureux, y compris avec les Espagnols du coin. Un peu comme une grande famille. Flor est Cameounaise, elle a emménagé dans le village il y a trois ans, avec son frère.

"J'ai fais la connaissance d'une dame, une Espagnole, parfois je l'appelle même "maman" et elle me dit "ma fille". Elle m'a appris à parler espagnol. C'est une très belle personne. De ce que j'ai vu, les Espagnols sont des gens très gentils"dit-elle.

euronews
Village espagnol de Torre del Burgo dans la province de Guadalajara.euronews

Torre del Burgo est un village de 600 habitants. Ses rues ne sont pas vraiment animées, alors les habitants sont reconnaissant envers les immigrés pour tout ce qu'ils leur apportent.

"Ils donnent de la vie au village", dit un homme.

"Ça nous rend heureux de rencontrer des gens et quand nous voyons des Chinois ou des Africains, nous sommes ravis", ajoute une femme.

Il existe une ombre au tableau cependant dans ce petit paradis ou semble régner la bienveillance. Bien que la plupart des nouveaux arrivants sont des travailleurs acharnés, leurs enfants, pour beaucoup, peinent à l'école.

"Le problème pour ses adolescents c'est que, quand ils arrivent, ils doivent s'adapter et qu'il n'y a personne pour les aider à faire leur devoir. Très souvent, c'est l'échec scolaire assuré", explique le maire du village. Jose carlos Moreno a demandé de l'aide aux autorités de la région afin d'être en mesure d'offrir et de garantir des opportunités garantir aux nouvelles générations.

Carlos Marlasca, Euronews : "Dans différentes régions d'Espagne, des initiatives voient le jour pour repeupler les zones inhabitées grâce aux immigrés. Cet endroit est un bon exemple. En début d'année, le taux d'étrangers dans ce était le plus élevé de tout le pays".