DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Festival du film de Transylvanie, reflet de la richesse cinématographique européenne

euronews_icons_loading
Le Festival du film de Transylvanie, reflet de la richesse cinématographique européenne
Tous droits réservés  "Babyteeth", Shannon Murphy - Screen Australia
Taille du texte Aa Aa

Tout est bien qui finit bien. La 19e édition du Festival international du film de Transylvanie s'est finalement déroulée sans encombre avec deux mois de retard pour cause de coronavirus. Le rideau est tombé dimanche dans la ville de Cluj-Napoca, en Roumanie. 157 films venus d'une cinquantaine de pays ont été projetés en 10 jours, et le respect de la distanciation sociale aura été un défi pour les organisateurs qui ont disséminé les lieux de projection et limité le nombre des spectateurs.

« Cette édition a été simple et compliquée à la fois, stressante mais finalement réconfortante, confie le directeur artistique du festival, Mihai Chirilov. Ce qui semblait compliqué au départ est devenu plus simple au fil du festival. Ce qui semblait impossible, absurde s'est inscrit dans la normalité. »

Grand vainqueur cette année, « Babyteeth », « Milla » pour la version française, le premier film de Shannon Murphy sur les premières amours d'une adolescente atteinte d'un cancer. Il a reçu le Trophée « Transilvania » et le prix du public.

Parmi les autres longs métrages récompensés, le film documentaire « Acasa » de Radu Ciorniciuc, « Legacy », « La trace » en français, de Dorian Boguta, et bien d'autres perles, reflet de la richesse cinématographique européenne.