DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Amérique latine, une situation contrastée face à la pandémie

euronews_icons_loading
Sinopharm's vaccine testing samples arrive in Peru
Sinopharm's vaccine testing samples arrive in Peru   -   Tous droits réservés  Cesar Barreto/AP
Taille du texte Aa Aa

Pour les habitants de Santiago, la capitale du Chili, il est enfin possible de renouer avec un plaisir simple, le café en terrasse. Après cinq mois d'un confinement strict, les bars et restaurants de certains quartiers peuvent à nouveau servir les clients.

L'Argentine desserre l'étau sanitaire

« Je pense que c'est merveilleux pour le moral et pour les travailleurs chiliens, confie Erika, une cliente, parce que la reprise se fait petit à petit et avec la responsabilité de chacun. »

Mais cette réouverture se fait sous conditions, uniquement dans les espaces ouverts, et à 25% des capacités. Au Chili, les décès liés au Covid refluent lentement, 23 selon le dernier bilan quotidien.

« C'est vrai que nous avions un peu peur de rouvrir parce que comme nous n'avions pas d'espace ouvert, ça n'allait pas forcément être très rentable d'ouvrir, explique Juan Pablo Iturra, un restaurateur de Santiago. Mais la municipalité a eu une très bonne initiative et nous a permis d'utiliser une partie du trottoir. »

En Argentine, la situation sanitaire est bien plus préoccupante. La courbe des contaminations poursuit sa hausse. Le pays connaît pourtant l'un des confinements les plus longs au monde. Et des médecins des unités de soins intensifs disent manquer cruellement de moyens.

« Nous sommes fatigués, épuisés et les ressources humaines sont limitées, se lamente l'un d'eux dans une vidéo. Nous aurons beau continuer à ouvrir des unités et à rajouter des lits, à ce rythme, nous ne pourrons plus faire face. »

Au Pérou, l'arrivée du vaccin chinois

Au Pérou, l'espoir tient dans quelques valises. Accompagnées d'une équipe de scientifiques, les premières doses d'un vaccin contre le Covid-19 développé par un laboratoire chinois sont arrivées sur le sol péruvien. Les essais cliniques doivent être menés sur 6 000 volontaires, dans le cadre d'une étude conduite également en Argentine, au Maroc et en Arabie saoudite.

« Nous allons mener la troisième phase de l'essai ensemble, se félicite Liang Yu, l'ambassadeur de Chine au Pérou. Je pense que cela va marquer un nouveau jalon dans la coopération entre la Chine et le Pérou. »

Le Pérou est le pays qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, plus de 29 000 depuis le début de la pandémie, 89 décès pour 100 000 habitants.