DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Les migrants payent le prix fort quotidiennement de ce manque de politique européenne commune"

euronews_icons_loading
"Les migrants payent le prix fort quotidiennement de ce manque de politique européenne commune"
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

La situation se dégrade pour des milliers de réfugiés sur l'île grecque de Lesbos plus de 10 jours après l'incendie du camp de Moria. Cette tragédie est une sonnette d'alarme sur la situation migratoire en Europe. La Commission européenne doit justement présenter mercredi sa nouvelle stratégie en la matière. Euronews a interrogé la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, quelques heures avant la présentation de ses propositions.

Euronews : "Quel constat portez-vous sur l’actuelle politique migratoire de l’UE ?"

Ylva Johansson : "Je pense qu'il est clair pour tout le monde que les migrants payent le prix fort quotidiennement de ce manque de politique européenne commune. Mais la confiance entre les Etats membres est aussi touchée par ce manque de politique commune. J'espère que ma proposition va changer cela".

Euronews : "Mais construire un consensus est une tâche difficile en matière de politique migratoire surtout quand vous avez des pays comme la Pologne et la Hongrie qui s'opposent à n’importe quel pacte ?"

Ylva Johansson : "Tout le monde sait que la tâche est difficile. Honnêtement je ne pense pas qu'il y a aura beaucoup de hourras lors de la présentation de mes propositions. Mais je pense qu'il y a aura une forme d'acceptation et de respect car nous proposons le bon équilibre pour faire preuve de solidarité avec les migrants et les demandeurs d'asile et entre les Etats membres. Mais nous sommes aussi très clairs sur le fait que ceux qui ne sont pas éligibles pour rester doivent rentrer (dans leur pays d’origine)".

Il est clair pour tout le monde que les migrants payent le prix fort quotidiennement de ce manque de politique européenne commune.
Ylva Johansson
Commissaire européenne aux Affaires intérieures

Euronews : "Est-ce que cela veut dire que tous les Etats membres devront accueillir des quotas de réfugiés autorisés à rester en Europe ?"

Ylva Johansson : "Il est évident que la solidarité ad hoc n'est pas suffisante. Il faut un véritable système mais nous avons besoin d'un système qui puisse faire face à la pression exercée sur certains Etats membres".

Euronews : "Est-ce que vous pouvez garantir qu’avec ce pacte migratoire il n’y aura plus de camp comme celui de Moria ? "

Ylva Johansson : "Oui il n'y aura plus de Moria. Il est évident que Moria est le résultat, en partie, d'un manque d'une politique commune d'asile et de migration".

Euronews : "Lorsque l’on regarde le débat au Parlement européen, certains eurodéputés ont eu des propos très désobligeants à l'égard des migrants. Comment comptez-vous répondre à ce genre d’attitude ? "

Ylva Johansson : "Tout d'abord nous avons donné trop d'espace à ces voix d'extrême droite dans le débat sur l'asile et la migration. Je pense qu'il faut se concentrer sur comment nous pouvons gérer la migration de façon ordonnée et je pense que c'est ce qu'attendent de nous les citoyens européens. Les migrants sont des êtres humains avant tout, ce sont des hommes, des femmes, des garçons et des filles. Ils ont des opinions différentes, ils ont des expériences différentes mais ils doivent avant tout être traités comme des êtres humains".