DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

World Press Cartoon 2020 défend plus que jamais la liberté de rire de tout

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés 
Taille du texte Aa Aa

Mis à part un report de quelques mois et l'obligation de porter un masque, le World Press Carton a pu se tenir comme chaque année à Caldas da Rainha au Portugal autour du mot d'ordre cher à ce concours de caricatures : la défense de la liberté d'expression et de la presse qui doit être plus que jamais réaffirmée selon l'Allemand Frank Hoppmann, vainqueur du Grand Prix avec un dessin de Boris Johnson.

"C'est vraiment un problème, le fait que les journaux publient de moins en moins de dessins satiriques, de dessins d'humour et de caricatures," déplore le dessinateur."Tout est une question de liberté d'expression et si les journaux ignorent ces dessins alors que dans certains pays, ils sont censurés, alors c'est vraiment, vraiment problématique," insiste-t-il.

"Un climat qui n'est pas bon pour la caricature"

Sur le millier de dessins proposés pour ce concours, 280 ont été sélectionnés. Des travaux réalisés en 2019, année synonyme de censure pour les caricaturistes à travers le monde et notamment aux États-Unis.

"La pression sur la liberté de la presse crée un climat qui en réalité, n'est pas bon pour la caricature," fait remarquer António Antunes, caricaturiste et directeur du World Press Cartoon. "Il y a eu un certain nombre de dessinateurs qui ont été licenciés, d'autres ont été censurés, arrêtés ou poussés à l'exil," dit-il avant d'ajouter : "Je pense que ceux qui aiment la liberté ne peuvent qu'aimer le dessin d'humour : donc, nous devons mener ce combat pour le défendre et le défi pour nous, c'est d'inciter le public à y participer."

Parmi les thèmes abordés par les caricaturistes, les atteintes à la liberté de la presse, le changement climatique, la crise migratoire et la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine qui a valu au Brésilien Cau Gomez, le deuxième Prix du dessin éditorial.

"Ce dessin parle de la montée en puissance de la Chine : cela dérange les Américains qui ont toujours eu un empire et des privilèges," précise Cau Gomez devant sa caricature. "Il y a des pays principalement en Amérique latine qui font tout le temps les frais de cette confrontation : les effets collatéraux sont ressentis dans les pays les moins favorisés," estime-t-il.

Le web et ses travers

Le Word Press Carton dénonce la dépendance aux réseaux sociaux, vecteurs d'innombrables "fake news"

Pour la première fois, cette édition a retenu des dessins publiés sur internet comme la caricature de la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde du Portugais Pedro Silva qui a remporté le troisième dans la catégorie dédiée.

"En ce qui concerne les journaux tels que nous les connaissons traditionnellement, c'est vrai qu'il y a de moins en moins de publications de dessins d'humour," fait remarquer Pedro Silva. "Donc pour ceux qui aiment dessiner, réaliser des dessins satiriques ou des caricatures, il leur faut de plus en plus utiliser ce type de plateformes et comme cela, ils peuvent peut toucher un large public," indique-t-il.

Inaugurée juste après la cérémonie de remise des Prix, l'exposition du World Press Carton est ouverte au public au Centre culturel et des congrès de Caldas da Rainha jusqu'au 15 novembre.

"Initialement prévue en mai, l'édition 2020 du World Press Cartoon a été reportée à septembre en raison de la pandémie de coronavirus. Un virus qui évidemment, n'est pas le bienvenu ici, mais qui devrait certainement s'imposer dans les dessins présentés lors de l'édition 2021.