DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Amérique latine, les femmes réclament leur droit à l'avortement

euronews_icons_loading
En Amérique latine, les femmes réclament leur droit à l'avortement
Tous droits réservés  AP / Marco Ugarte
Taille du texte Aa Aa

Entre protestations pacifiques et affrontements avec la police, la célébration de la journée internationale pour la légalisation de l'avortement a été vécue intensément dans plusieurs villes d'Amérique latine. Sauf à Cuba et en Uruguay, l'avortement est considéré comme un crime sur ce continent.

À Buenos Aires, en Argentine, des centaines de femmes ont rappelé au président ses promesses électorales.

"Le gouvernement national d'Alberto Fernandez n'a cessé de dire que l'avortement était une question de santé publique lorsque des milliers d'entre nous ont protesté et aujourd'hui, dix mois plus tard, le projet continue d'être bloqué", regrette une militante.

Par le biais de Twitter, le président a réitéré son engagement en faveur de la légalisation. En 2018, l'Argentine était passée tout près de la légalisation de l'avortement : la Chambre des députés l'a approuvé mais pas le Sénat, si bien que la loi n'a pas vu le jour.

En Colombie, des femmes exigeaient le droit de l'avortement en dehors des trois causes autorisées : risque pour la vie de la femme, grossesse résultant d'un viol ou de cas de malformations du foetus.

"Nous nous battons pour la dépénalisation totale de l'avortement. C'est une dette historique que l'État a envers les femmes", lance une femme.

L'avortement est puni de 1 à 5 ans de prison. Selon la Commission pour l'équité des femmes en Colombie, 9 % seulement des avortements sont pratiqués dans le cadre légal.

À Mexico, les femmes étaient cagoulées de noir. L'avortement est légal dans un état seulement, et dans la capitale. Mais la mobilisation pacifique a rapidement dégénéré, avec des affrontements violents et du vandalisme.

Les manifestants ont dénoncé les féminicides, plus d'un millier dans le pays en 2019.

Des groupes spéciaux de femmes policiers ont réprimé les troubles.