DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Après l'attentat, le gouvernement français à l'offensive

euronews_icons_loading
Après l'attentat, le gouvernement français à l'offensive
Tous droits réservés  Michel Euler/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Une minute de silence en mémoire de Samuel Paty. Le Parlement européen a rendu hommage à l'enseignant assassiné en France vendredi.

51 associations proches de la mouvance islamiste sont dans le collimateur du gouvernement. Les autorités souhaitent dissoudre notamment le Collectif contre l'islamophobie en France et BarakaCity. En marge de l'enquête, 34 opérations de police ont été lancées lundi contre des individus et des associations.

Quinze personnes dont quatre collégiens étaient encore en garde à vue lundi soir. Objectif des enquêteurs antiterroristes : établir si le meurtrier, un Tchétchène de 18 ans, tué par la police, a bénéficié de complicités. Samuel Paty aurait été désigné à l'assaillant par un ou plusieurs collégiens, peut-être contre une rémunération.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a demandé la fermeture de la mosquée de Pantin, en région parisienne. "Il y a eu aujourd'hui 34 opérations de police. Je ne peux pas en dire plus, vous suivrez tout cela dans les prochains jours. Je dois dire que le but de ces opérations est de faire en sorte que la sidération change de camp."

Le collège de Conflans-Sainte-Honorine, près de Paris, où enseignait Samuel Paty est toujours sous le choc. Plus largement, la communauté éducative en France est désemparée. L'exécutif annonce un renforcement de la sécurité des établissements scolaires.