DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un scientifique angolais se fait un nom dans la recherche sur l'ADN en Irlande du Nord

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

Dans ce premier épisode de Global Angola, notre nouvelle série d'émissions qui met à l'honneur des Angolais impliqués dans des projets qui ont un impact international, nous rencontrons un scientifique originaire de Luanda qui mène des recherches remarquées en Irlande du Nord.

Né en Angola en 1965, Mateus Webba Da Silva est marié et père de deux enfants dont Ryhan, 17 ans, qui l'accompagne ce jour-là. Il vit et travaille à environ une heure de Belfast, donc à des milliers de kilomètres de la capitale angolaise où son parcours professionnel a débuté par un cursus universitaire de cinq ans en chimie. Une époque qui lui rappelle de bons souvenirs.

"On avait une bibliothèque qui était bien fournie, j'y passais le plus clair de mon temps et on avait aussi de nombreuses opportunités de faire du travail pratique et à l'époque en Angola, les cours étaient fantastiques en termes d'acquisition de compétences," précise Mateus Webba Da Silva. "J'ai saisi toutes les chances que j'avais de m'orienter vers la science et c'est ce que j'ai fait," dit-il.

Mateus Webba Da Silva a su dès l'enfance qu'il voulait devenir scientifique. Avant de s'installer en Irlande du Nord, il a obtenu son doctorat en Angleterre et a travaillé aux États-Unis et en Suède. Son fils Ryhan aime lui aussi la science, mais il envisage un autre champ d'études.

"Je suis sûr de vouloir travailler dans le secteur de l'informatique," indique Ryhan, "parce que pour moi, il a un grand potentiel et il offre un grand nombre d'emplois, donc ça m'intéresse."

Blocs de construction de la vie

Aujourd'hui, ce scientifique lauréat de plusieurs prix travaille au sein de l'Université d'Ulster, il y dirige des études sur la formation de l'ADN, autrement dit les blocs de construction de la vie. Il nous accueille dans l'un des laboratoires où il mène ses recherches sur l'ADN.

"L'ADN est le répertoire de l'information génétique ; donc pour nous reproduire - reproduire la biologie -, nous devons stocker cette information," explique le chercheur. "L'ADN le fait en réunissant une séquence de blocs de construction qui s'assemblent tout seuls," poursuit-il.

"Comprendre comment cela se passe, la manière dont cela se fait, c'est important pour savoir comment les organismes vivants fonctionnent, mais aussi comment les maladies surviennent et comment nous pouvons interagir avec elles," souligne-t-il.

euronews
Mateus Webba Da Silva et son fils Ryhaneuronews

Nanotechnologie ADN

Et cette interaction passe par la création de dispositifs réalisés en matériel génétique qui une fois dans le corps humain, peuvent récupérer de l'information à destination de l'extérieur. Cela s'appelle la nanotechnologie ADN, un domaine qui suscite un grand intérêt à travers le monde.

"Il existe des pistes ambitieuses comme celle de transmettre de l'information directement au cerveau grâce à un système Wi-Fi par exemple... Tout cela reste encore un peu de la science-fiction," reconnaît Mateus Webba Da Silva. "Mais dans mon laboratoire, nous sommes par exemple, en train de structurer l'ADN de manière à ce qu'il puisse être envoyé dans les cellules pour y produire des protéines intéressantes, y produire des substances thérapeutiques comme de l'insuline et des produits de cette nature," déclare-t-il.

Reconnu dans son pays d'origine, Mateus Webba Da Silva a supervisé l'installation au sein de l'université, d'une machine qui intègre un aimant géant et des fréquences radio en vue d'analyser des échantillons d'ADN. Ce qui permet de mettre en évidence leurs blocs de construction et la manière dont ils se déplacent et dont ils fonctionnent et ainsi d'aider les scientifiques à reproduire la nature.

"Un nombre infini de possibilités"

"Ces recherches sont passionnantes : quand on regarde différents domaines en lien avec les nanotechnologies ADN, une meilleure compréhension de la manière dont on peut structurer les choses avec l'ADN nous permet d'utiliser ces expériences et ces connaissances pour un certain nombre de choses qui apparaissent aujourd'hui," estime le chercheur. "Donc, il y a un nombre infini de possibilités qui émergent actuellement et dont les gens vont avoir connaissance."

Pour Mateus Webba Da Silva, tenter de résoudre les mystères de la vie est sa plus grande motivation. Et il n'est pas prêt de renoncer.

"J'ai le sentiment d'être au milieu que ce que je pourrais considérer comme ma carrière et il y a encore tellement de choses que j'aimerais explorer," indique-t-il avant de conclure : "Quelle que soit la piste qui s'offre à moi, je serai prêt à la suivre, évidemment."

euronews
La machine d'analyse des échantillons d'ADN utilisée par Mateus Webba Da Silvaeuronews