DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

16 milliards de plus pour le budget européen, sous la menace d'un véto hongrois

euronews_icons_loading
16 milliards de plus pour le budget européen, sous la menace d'un véto hongrois
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Après plus de deux mois d'âpres pourparlers, les eurodéputés et les Etats de l'union européenne ont trouvé un accord sur le budget européen 2021-2027. Si un plan de relance post-Covid de de 750 milliards d'euros avait été validé en juillet, adossé à un budget pluriannuel (2021-2027) de 1.074 milliards d'euros, les eurodéputés réclamaient en plus un renforcement significatif de plusieurs programmes jugés cruciaux. Leur objectif, c'était obtenir 39 milliards d'euros supplémentaires. Ce sera 16 milliards au final, 15 milliards pour les "programmes phare" et 1 milliard mis de côté "pour répondre aux besoins et crises à l'avenir".

Sur ces 15 milliards, 4 milliards sont consacrés à la recherche, c'est le programme Horizon, 2,2 milliards à l'éducation à travers Erasmus, et 3,4 milliards pour la santé.

Ce qui est innovant, c'est que ces fonds vont être tirés de nouvelles sources de revenus pour l'UE : des taxes sur le plastique, le numérique ou sur les transactions financières notamment.

Mais l'ombre au tableau, c'est que le budget doit encore être approuvé par chacun des 27 Etats membres, et la Hongrie menace d'opposer son veto, au risque de paralyser le plan de relance.

Budapest est contre le mécanisme conditionnant le versement des fonds européens au respect des principes de l'Etat de droit (indépendance de la justice, par exemple).

Les eurodéputés et la présidence allemande de l'UE, qui négociait au nom des Vingt-Sept, sont tombés d'accord la semaine dernière sur ce mécanisme inédit, qui prévoit qu'un pays puisse être privé de subventions en cas de violations de l'Etat de droit ayant un impact financier.