DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pas de cadeaux pour le Noël des petits commerçants britanniques

euronews_icons_loading
Pas de cadeaux pour le Noël des petits commerçants britanniques
Tous droits réservés  Screenshot
Taille du texte Aa Aa

Les fêtes de fin d'année sont d'ordinaire la période faste par excellence pour les commerçants. Mais cette année, en Angleterre, beaucoup ont le sentiment de rater le coche. Priya et Dominic ont dû se résoudre à fermer les portes de leur petite chaîne de magasins à Londres. "Nous n'avons jamais été aussi anxieux qu'en ce moment parce que nous sommes si proches de Noël et nous avons commandé tant de marchandises en stock..." se désole Priya. "Ca a été un choc, ce deuxième confinement, à cette période de l'année" ajoute Dominic.

Alors, ils misent sur leur site Internet et appellent leurs clients à acheter en ligne. Mais cela ne suffit pas. "Il n'y a rien de comparable avec un Noël ordinaire" dit Priya. Dominic enchaîne : "Je pense que nous sommes à 1 % de nos ventes habituelles.""Nous faisons ce travail depuis vingt ans et cette période pourrait bien finir par avoir raison de notre activité" craint Priya.

Les achats de Noël sont considérés comme non essentiels et les magasins qui vendent ce type de produits doivent donc fermer. Contrairement à la nourriture et aux médicaments qui sont considérés comme essentiels. Mais que faire quand un commerce vend les deux ? En France, les supermarchés ont dû fermer leurs rayons non-essentiels. En Angleterre, la consigne n'est pas aussi stricte.

"Cette chaîne nationale de magasins de tapis s'est auto-proclamée commerce essentiel, rapporte le correspondant d'Euronews Tadhg Enright. Après avoir étudié la réglementation, elle a décidé de rester ouverte pour satisfaire ses clients."

Les grandes enseignes peuvent payer des avocats pour défendre leur cause, ce que ne peuvent pas se permettre les petits commerces. "L'amende maximum est de 10 000 livres, un risque que les grandes enseignes peuvent courir à la différence des petits commerces, rappelle Andrew Goodacre, directeur de l'association des commerçants de détail indépendants britanniques. Donc, ils respectent la loi, ils n'ouvrent pas. Et en face, il y a ces magasins qui ouvrent malgré tout, sans enfreindre la loi pour autant."

Les petits commerces sont invités à recourir au "click and collect". Mais beaucoup doivent rattraper leur retard par rapport au commerce en ligne. Les produits doivent être achetés sur Internet , par avance. Priya et Dominic ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas vendre sur le pas de leur porte. "Nous croyons vraiment à la vente auprès des passants, dit Dominic. Il y a des gens qui passent et ce serait vraiment bien si nous pouvions leur offrir ce service." Priya et Dominic espèrent que le gouvernement les entendra et les aidera à sauver Noël pour qu'ils soient encore là l'année prochaine.