DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Combler le fossé entre la perception de la migration et la réalité en Europe"

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Les études menées au Centre de connaissances sur la migration et la démographie (KCMD) au sein du Centre commun de recherche européen à Ispra en Italie montrent comment le big data peut aider à élaborer des programmes sociaux pour les migrants.

Mais elles mettent aussi en évidence le fossé qu'il peut y avoir entre la perception de la migration par le grand public et la réalité.

L'analyse de sources fiables peut permettre de lutter contre cela et contre de potentielles idées reçues et tensions sociales.

"Des phénomènes perçus de manière totalement inverses"

"Les données nous aident à comprendre et à mieux décrire certains phénomènes qui sont perçus de manière totalement inverse," indique Michele Vespe, scientifique spécialiste des données au Centre commun de recherche.

"L'un d'eux, c'est le ratio entre le nombre de migrants et la population totale d'un pays : il est perçu comme étant plus de trois fois supérieur au chiffre réel qui est d'environ 7% en Italie par exemple," fait-il remarquer.

"Un motif d'inquiétude majeur sans lien avec la réalité des chiffres"

"C'est aussi ce qu'on constate dans les motifs d'inquiétude des citoyens européens," poursuit Michele Vespe.

"Avant la crise du Covid, le terrorisme, puis la migration étaient les deux premiers sujets de préoccupation," explique-t-il.

"Aujourd'hui, il est probable que les choses aient changé, mais la migration reste perçue comme un problème très important comparé à ce que nous en disent les données en termes de proportion par rapport à la population d'un pays ou de l'Union européenne dans son ensemble," conclut-il.

Journaliste • Claudio Rosmino