DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : les médecins appellent Donald Trump à partager ses informations avec Joe Biden

euronews_icons_loading
Coronavirus : les médecins appellent Donald Trump à partager ses informations avec Joe Biden
Tous droits réservés  Kathy Willens/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Alors que le nombre de décès liés au Covid-19 dépasse la barre des 250 000 aux États-Unis, New York ferme les écoles publiques.

Des écoles et des cours de récréation vides : c'est l'image à laquelle les New Yorkais vont devoir s'habituer car dès ce jeudi, les écoles publiques ferment. Le maire avait prévenu : cette mesure serait prise à partir du moment où le taux de positivité des tests atteignait les 3%, ce qui s'est produit.

Une décision prise à contre-coeur pour une durée indéterminée, alors que le nombre de décès dus au virus dans tout le pays dépasse la barre des 250 000.

"Personne n'est heureux de cette décision. En fait, nous sommes tous très tristes de cette décision car beaucoup de travail a été fait pour garder les écoles ouvertes", a souligné le maire démocrate de New York Bill de Blasio.

Pendant ce temps, Donald Trump ne concède toujours pas ouvertement sa défaite. Un retard dans la passation des dossiers qui inquiète les associations de médecins, d'hôpitaux et d'infirmiers. Ces dernières ont lancé un appel au président sortant

"Nous nous sommes réunis et avons écrit hier au président Trump pour demander que les informations relatives au COVID-19 soient rapidement transmises à l'équipe de Joe Biden afin que nous puissions nous mettre au travail le plus rapidement possible", a souligné Dr Susan Bailey, présidente de l'Association médicale américaine.

Joe Biden, qui participait de son côté à une réunion virtuelle avec des personnels soignants, rappelle que tous les moyens seront mis pour lutter contre la pandémie. Mais le président élu pointe du doigt le blocage du Congrès.

"Le Congrès a déjà voté cet argent. Il est là. Il est disponible en ce moment même. Mais certains de nos amis du Sénat ne veulent pas dépenser cet argent", a-t-il relevé. "J'espère que la raison pour laquelle mes amis de l'autre côté n'ont rien fait n'est pas liée à la crainte de représailles de la part du président. Et j'espère que lorsqu'il sera parti, ils seront plus disposés à faire ce qui doit être fait".

Certains Etats voient leurs taux de positivité atteindre des sommets, jusqu'à 50% dans certaines zones du Midwest. Et les autorités craignent une nouvelle flambée du virus avec les réunions familiales prévues pour Thanksgiving, le 26 novembre. L'État de l'Ohio est notamment en train d'intensifier le dépistage et instaure un couvre-feu. Objectif : réduire la pression sur les ressources hospitalières.