DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Roumanie : des élections marquées par la pandémie

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Roumanie : des élections marquées par la pandémie
Tous droits réservés  Andreea Alexandru/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les électeurs roumains sont appelés aux urnes ce dimanche, lors d'un scrutin déterminant pour le parti libéral, porté au pouvoir l'an dernier.

La formation pro-européenne est donnée favorite des législatives, malgré une gestion critiquée de la pandémie et l'économie mise à mal.

"Nous voulons finaliser le programme d'investissements démarré cette année", indique Andrei Baciu, ministre de la Santé, "dont le montant s'élevait à 1,3 milliards d'euros et nous en prévoyons un autre pour la période 2021-2027 afin d'injecter 4,6 milliards d'euros dans le système de santé roumain. Nous voulons porter la dépense dans ce secteur à 6 % du PIB d'ici 2024, et nous voulons aussi moderniser la législation qui s'applique au système de santé".

Des propositions contestées par l'opposition, principalement incarnée par les sociaux démocrates, soutenus par Alexandru Rafila.

"Globalement, il est établi factuellement que les dépenses en matière de santé augmentent à un rythme plus soutenu plus que celui de la croissance", note-t-il. "Il est très important de hiérarchiser les dépenses publiques et de développer un réseau de soins primaire, notamment grâce à des centres de santé, dans les zones rurales. Nous devons aussi mettre en place un certain nombre d'unités de soins ambulatoires dans les petites villes, car c'est une réponse cohérente aux besoins de la population en matière de santé".

Les centristes, eux, misent sur une remise à plat du fonctionnement du système hospitalier.

"La Roumanie n'a jamais eu de stratégie en termes de ressources humaines au sein du système de santé", affirme Vlad Voiculescu, ancien ministre de la santé. "On parle de corruption, de népotisme, du fait que la grande majorité des spécialistes formés en Roumanie veulent quitter ou ont déjà quitté le pays pour des raisons liées à la corruption dans les hôpitaux - qu'ils n'acceptent plus - ou parce qu'il n'y a pas d'offres d'emploi visibles, sauf pour quelqu'un qui a des appuis dans le système hospitalier ou à l'université. C'est un problème qu'on doit résoudre en le prenant par la racine".

Cette année, les libéraux l'ont déjà emporté lors des élections locales qui se sont tenues au mois de septembre.

"La principale préoccupation des responsables politiques, ce sera la participation des électeurs", explique Mari Jeanne Ion, correspondante d'Euronews, "car la pandémie progresse encore et des centaines de Roumains meurent chaque jour du Covid-19. D'après un récent sondage, plus de la moitié de la population - 55 % - estime que l'élection aurait dû être reportée".