DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Après l'attaque du Capitole, Nancy Pelosi réclame la destitution de Donald Trump

Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
 Après l'attaque du Capitole, Nancy Pelosi réclame la destitution de Donald Trump
Tous droits réservés  AP Photo/J. Scott Applewhite
Taille du texte Aa Aa

Au lendemain des affrontements dans et devant le capitole à Washington, la stupéfaction a laissé place à la colère. Le président élu Joe Biden accuse Donald Trump d'avoir "déchaîné un assaut sans merci contre les institutions" démocratiques américaines.

Selon Joe Biden l'attaque d'hier représente "l'un des jours les plus sombres de l'histoire de la nation américaine". Pour le président élu les émeutiers pro-Trump qui ont pris d'assaut le Capitole sont des "terroristes nationaux".

Une "tentative de coup d'Etat"

"Ce dont nous avons été témoins hier n'était pas de la dissidence, a t-il déclaré. Ce n'était pas du désordre. Ce n'était pas de la protestation. C'était le chaos. Ce n'était pas des protestataires, ne les appelez pas des protestataires. C'était une foule en émeute, des insurgés, des terroristes nationaux."

La démocrate Nancy Pelosi demande la destitution de Donald Trump, l'accusant avec ses supporters d'avoir participé à une "tentative de coup d'Etat".

"Je me joins au leader démocrate du Sénat, a déclaré la présidente de la Chambre des Représentants, pour demander au vice-président de destituer ce président en invoquant immédiatement le 25e amendement. Si le vice-président et le cabinet n'agissent pas, le Congrès peut être prêt à procéder à une destitution."

Pour le sénateur républicain Lindsey Graham la présidence de Donald Trump a été "ternie par ce qui s'est passé la veille":

"Les gens qui se sont assis dans les fauteuils doivent être dans la cellule d'une prison, réagit Lindsey Graham. Les personnes qui ont attaqué la police de la capitale doivent être inculpées pour avoir attaqué un officier de police. La sédition peut être une accusation pour certaines de ces personnes".

Mercredi, des sympathisants de Donald Trump, encouragés par une déclaration plus tôt de leur idole, ont semé le chaos au Capitole, qu'ils ont pris d'assaut : ils ont interrompu une séance extraordinaire du Congrès qui s'apprêtait à valider la victoire de Joe Biden.