DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"MLK/FBI", "One Night in Miami" : des icônes afro-américaines à l'affiche

euronews_icons_loading
Martin Luther King Jr prononce son discours "I have a dream" le 28 août 1963,
Martin Luther King Jr prononce son discours "I have a dream" le 28 août 1963,   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Un documentaire saisissant lève le voile sur la surveillance poussée dont Martin Luther King a été l'objet par le FBI. Sobrement intitulé "MLK/FBI", le film retrace la campagne orchestrée par le tout-puissant patron de l'agence américaine J. Edgar Hoover pour tenter de discréditer l'icône de la lutte pour les droits civiques.

"les militants autour du Dr King devaient savoir qu'il était surveillé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par le FBI. Nous racontons ce que j'appelle une histoire parallèle où on voit ce que Martin Luther King traverse. Et dans le même temps, on voit le FBI aller toujours plus loin pour trouver des moyens de détruire constamment la réputation du Dr King" explique le réalisateur Sam Pollard.

Le film sort dans les salles et sera disponible en vidéo à la demande le 15 janvier, jour anniversaire de la naissance du pasteur afro-américain.

Autre film à sortir ce vendredi (sur Amazon Prime Video), également sur la lutte pour les droits civiques, "One Night in Miami" met en scène la rencontre fictive de quatre autres figures afro-américaines : le boxeur Cassius Clay, futur Mohammed Ali (Eli Goree), l'activiste Malcom X (Kingsley Ben-Adir), le crooner Sam Cooke (Leslie Odom Jr.) et le joueur de football américain Jim Brown (Aldis Hodge).

Tous se retrouvent en février 1964 dans une chambre d'hôtel à Miami pour célébrer la victoire surprise de Mohammed Ali face à Sonny Liston. Pour son premier long métrage derrière la caméra, l’actrice Regina King s’attaque à un sujet très politique, en explorant l'identité afro-américaine.